Algérie : Baisse des prix des véhicules à cause du Coronavirus

Algérie – Le marché automobile en Algérie connaît, en raison du coronavirus, une stagnation sans précédent ces jours-ci, tandis que les prix des véhicules d’occasion sont l’objet d’une baisse significative. Cela par rapport au premier trimestre de l’année 2020.

Le marché de l’automobile en Algérie s’est stagné par l’effet du coronavirus et les prix des véhicules d’occasion ont reculé ; immédiatement après que le gouvernement a annoncé son approbation de deux décrets exécutifs. L’un est lié au montage automobile et l’autre à l’importation des voitures neuves ; en plus bien sur des deux cahiers de charges. C’est ce qu’a rapporté le quotidien arabophone El Mihwar ; dans un article du 18 juillet dernier.

Les prix des voitures ont considérablement baissé ces derniers jours, a affirmé le média algérien. Cela en comparaison avec les prix des mois précédents. La cause revient à la grave récession sur les marchés des voitures neuves et d’occasion. Une récession à étiologie pandémique. Le texte du journal d’expression arabe détaille davantage.

Il explique alors que l’annonce des modalités et conditions de l’activité du montage automobile en Algérie ; et celle des concessionnaires de véhicules neufs ont ajouté de l’huile sur le feu. Les cahiers des charges, eux aussi, n’ont rien arrangé à la dégringolade des prix sur le marché national de l’automobile. Un autre élément joue en faveur du recul desdits prix. C’est, sans grande surprise, l’approbation de l’importation de voitures d’occasion (moins de trois ans).

Marché automobile en Algérie : Les acheteurs se font rares malgré le recul des prix

Voici quelques prix selon les données du «marché noir», que l’organe de la presse écrite a réussi à recueillir. «Clio Campus» année 2012 a atteint 118 millions de centimes. Une Peugeot 207, année 2012 aussi et avec un moteur 1.4 diesel, oscille entre 130 et 140 millions. Alors que les prix des voitures montées en Algérie augmentent. Elles haussent par rapport aux prix affichés dans les showrooms des marques.

Ainsi, la Dacia Sandero Stepway (diesel 1.5 pour l’année 2017) coûte 177 millions de centimes. Avec un moteur essence, son prix se situe à 166 millions. La Hyundai E10 «Grand» 2017, 1.2 diesel est à 150 millions de centimes. «Accent» essence, 2019 est, quant à elle, à 230 millions de centimes.

Le nombre de ventes a diminué de 20%, par rapport à l’année dernière. Pareille état des lieux reflète une situation de stagnation dans le secteur. Cela depuis le début de l’année en cours. Tous les revendeurs de voitures ou «courtiers», vus par El Mihwar, conviennent qu’il y a une baisse flagrante des prix dernièrement. Une baisse accompagnée par une forte récession. D’après les mêmes propos, l’affluence des clients s’est réduite de manière apparente. Ceci malgré le recul des prix.

Contenu sponsorisé :

Articles récents

Articles connexes

Contenu protégé !