Devise Algérie

Algérie – La baisse du Dinar face à l’Euro va réduire l’importation ?

0
algérie dinar euro importation
S'abonner :

Algérie – Pour un spécialiste en économie, la baisse de la valeur du dinar face aux principales devises, l’euro en premier lieu, va forcément, et de manière sérieuse, freiner l’activité d’importation en Algérie.

L’économiste Smain Lalmas, consultant et président d’Algérie conseil export (ACE), a expliqué, dans un entretien ; au site d’information Tout sur l’Algérie – TSA, que l’immense recul de la monnaie nationale, le dinar, devant les devises fortes, à leur tête l’euro, conduira nécessairement, à la réduction des opérations d’importation de biens ; et services dans notre pays.

Le premier responsable de l’association nationale des conseillers à l’export a donc indiqué, au media en ligne ; à qui il a accordé un entretien paru hier 24 septembre, « que la chute vertigineuse du dinar face aux monnaies étrangères ces derniers temps » va inévitablement compliquer ; et « même freiner sérieusement l’activité d’importation ».

La dévaluation du dinar algérien devant l’euro ; et les autres principales devises ; à l’image du dollar, n’est pas le seul élément ; qui pèsera lourd dans la balance ; rendant ainsi complexe le déroulement des importations en Algérie. D’autres facteurs entreront en jeu. L’interlocuteur du journal électronique évoque ici, « l’application du DAPS […] pour un grand nombre de produits » importés.

« L’appareil de production ne serait pas épargné », d’après Lalmas

Le DAPS est le « droit additionnel provisoire de sauvegarde ». L’application de ce dernier, ainsi que la chute du dinar ; devant l’euro, sèmeront d’embûches ; l’activité des importateurs. Chose qui se justifie, selon le même intervenant ; par « la simple raison que cela va causer une inflation importante ». Celle-ci se révélera ; selon les propos de l’économiste, difficilement maitrisable ; en s’étalant sur le temps.

La question de l’importation est revenue occuper une place ; dans le débat public, en Algérie ; en raison de la décision en la matière ; prise lors du dernier Conseil des ministres. Elle concerne l’obligation de soumission de toute opération d’importation ; et sortie de devises, tels que l’euro ou le dollar ; à un accord préalable du Conseil du gouvernement.

Cette décision qui, d’après en fait les autorités, servira à réduire la facture d’importation ; protéger le produit national, promouvoir sa consommation ; et préserver les réserves nationales de change ; dysfonctionnera, soulève Smain Lalmas ; l’approvisionnement du marché algérien.

Parmi les impactés, on trouvera notamment l’appareil de production. Ce secteur, rappelle en effet le spécialiste, est majoritairement tributaire ; de « l’importation de matières premières ; d’intrants et produits semi-finis », etc.

Article recommandé :  Algérie : Nouveau montant en Euro autorisé sans déclaration douanière

Les coulisses du non-transfert de Riyad Mahrez au Real Madrid

Article précédent

Match entre l’Algérie et la France à Alger.. La réponse de Noël Le Graët

Article suivant

Lire aussi

Commentaires

Comments are closed.