23.9 C
Alger
23.9 C
Alger
mercredi, 19 juin 2024
- Publicité -
AccueilSociété et CultureL'ÉtudiantAlgérie : y aura-t-il la vente des livres dans les écoles lors...

Algérie : y aura-t-il la vente des livres dans les écoles lors de la rentrée scolaire 2022 ?

Publié le

- Publicité -

Algérie – Moins d’un mois avant la rentrée scolaire 2022, la vente des livres scolaires dans les écoles reste incertaine. On vous explique pourquoi, ce 26 août 2021.

En réalité, la vente des livres, comme à chaque année, retient l’attention des parents d’élèves à l’approche de la rentrée scolaire en Algérie. Ainsi, la vente de ces ressources pédagogiques indispensable à l’enseignement pose problème. Seront-ils alors vendus dans les écoles durant la rentrée scolaire 2021-2022?

Dans le détail, cette problématique est liée au refus des directeurs et des gestionnaires d’établissements scolaires. Pour eux, cette commercialisation ne doit pas leur être attribuée. D’ailleurs, des syndicats du domaine mettent en avant des pratiques illégales des établissements liées à cette vente. C’est pourquoi, ces spécialistes soulignent la nécessité de réorganiser cette procédure. Selon Le Soir d’Algérie.

- Publicité -

Penchons-nous de plus près vers l’avis du Snapest, le coordinateur Meziane Meriane explique que cette dite vente a toujours fait l’objet d’« un cafouillage ». Celui-ci est le coordinateur du Syndicat national autonome des professeurs de l’enseignement secondaire et technique. Alors l’expert est révolté de la vue de ces manuels scolaires vendus dans la rue, précise la même source.

Dans ce sens, le membre du Snapest interpelle les autorités compétentes pour assurer la vente à l’intérieur des écoles. Effectivement, c’est une mission qui revient aux directeurs de ces établissements. Car ces derniers sont les mieux placés en matière de connaissances des besoins de leurs élèves. ajoute-t-il. Ce n’est en aucun cas le rôle de l’Office national des publications scolaires (ONPS), a-t-il signalé.

Comment contrer ce détournement : des experts s’expliquent

Le syndicaliste mettre l’accent sur le rôle de la réglementation. Par conséquent, il est impératif d’instaurer des lois qui veilleront au contrôle de la situation de la vente, indique l’intervenant.  Cela relève de la responsabilité de l’intendant au C.E.M et au lycée, ainsi que celle du directeur de l’établissement au primaire, a-t-il poursuivi.

- Publicité -

Car ce contexte de vente désorganisé offre la possibilité aux « opportunistes » de tirer profit auprès des nécessiteux, d’après les propos de Meriane. De surcroît, Boualem Amoura, président du Syndicat autonome des travailleurs de l’éducation et de la formation (Satef), met en relief le détournement de ces manuels.

Des directeurs et intendants des établissements de l’éducation nationale seraient à l’origine, souligne-t-il. Pourquoi y aurait-il un manque dans les écoles alors qu’ils sont disponibles dans les librairies? Pire encore, les prix doublent. C’est la question que Amoura se pose. 

Pour conclure, le responsable du Satef a signalé avoir apporté des suggestions avec son syndicat. Plus explicitement, ils auraient donc proposé d’approvisionner des librairies privées en termes de manuels scolaires. Mieux encore, la création de points de vente temporaires de l’ONPS durant la rentrée scolaire à proximité près des écoles doit résoudre ce problème, a-t-il conclu. 

- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -