22.9 C
Alger
22.9 C
Alger
mercredi, 22 mai 2024
- Publicité -
AccueilActualitéAlgérie : arrestation d’une femme qui empoisonnait des fûts d’eau où buvaient...

Algérie : arrestation d’une femme qui empoisonnait des fûts d’eau où buvaient les passants

Publié le

- Publicité -

Société – Le éléments de sûreté de la wilaya de Saïda, dans le nord-ouest de l’Algérie, ont procédé à l’arrestation d’une femme qui empoisonnait des fûts d’eau où buvaient des passants. Dzair Daily vous en dit davantage sur cette affaire dans la suite de cet article du 12 juillet 2022.

En effet, les éléments de la police de Saïda, en Algérie, ont procédé à l’arrestation d’une femme pour crime d’atteinte à la santé publique. La mise en cause, une sans-abri de 55 ans, a été prise en flagrant délit. Elle empoisonnait un fût d’eau déposé au profit des passants dans la rue. Elle y mettait des produits toxiques pouvant entraîner la mort. Il s’agit là de ce que rapporte le quotidien Ennahar.

Dans le détail, les forces de sécurité urbaine de Saïda ont reçu des informations. Plusieurs témoignages selon lesquels une femme aurait mis des substances toxiques dans un baril d’eau destiné aux passants souhaitant se désaltérer, dans la région d’El Mizan, au centre de la susdite ville. Ils se sont alors déplacés sur les lieux et ont interrogé la quinquagénaire. Cette dernière a tout de suite avoué les faits.

- Publicité -

Une histoire d’eau : règlements de compte entre sans-abris

Par ailleurs, les forces de police ont trouvé en possession de la mise en cause un paquet de Mort-aux-rat. Il s’agit plus précisément d’une préparation destinée à tuer les rongeurs. L’accusée détenait en outre une bouteille d’eau minérale à laquelle était mélangé le poison.

Pour expliquer son acte, la sans-abri a confié avoir empoisonné le fût pour se venger d’un réfugié subsaharien. Selon les dires de la quinquagénaire, le mendiant subsaharien lui faisait concurrence, prenait les aumônes à sa place et l’aurait même agressée.

Elle avait alors décidé de le tuer en empoisonnant le fût d’eau. Cela puisqu’elle savait qu’il le fréquentait régulièrement. La mise en cause a été déférée devant le parquet de la République près le tribunal de Saïda où une ordonnance de dépôt à l’institution de rééducation de Saïda a été prescrite.

- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -