18.9 C
Alger
18.9 C
Alger
samedi, 13 avril 2024
- Publicité -
AccueilScoop et PeopleAlgérie : un an de prison requis contre Rifka et Numidia Lezoul

Algérie : un an de prison requis contre Rifka et Numidia Lezoul

Publié le

- Publicité -

Algérie – Après les premières auditions de Rifka et Numidia Lezoul, le procureur de la République près le tribunal de Dar El Beida a prononcé son réquisitoire, qui est d’un an de prison ferme contre chaque influenceur impliqué dans l’affaire. Voici les détails dans cette édition du 10 juin 2022.

Depuis plus de cinq (5) mois l’affaire de l’agence Future Gate est sur toutes les langues. L’entreprise fictive qui a arnaqué plus de 75 étudiants. D’autant plus que parmi les principaux accusés on retrouve trois (3) des influenceurs les plus connus en Algérie, à savoir Numidia Lezoul, Rifka et Stanley, qui se trouvent actuellement en prison depuis le début de l’enquête.

En effet, ces personnalités publiques ont été mêlées à cette affaire, car elles ont participé à sa campagne promotionnelle. De ce fait, les jeunes créateurs de contenus ont été placés en détention provisoire depuis le mois de janvier dernier. Cela dit, ce n’est qu’hier que le procès a enfin suivi son cours, et que les premières auditions ont eu lieu au tribunal de Dar El Beida à Alger.

- Publicité -

Place maintenant au réquisitoire. Le procureur de la République a prononcé des peines allant d’une (1) année jusqu’à huit (8) ans. Et ce, à l’encontre des 14 accusés impliqués dans cette affaire. Pour ce qui est de Farouk Boudjemline, Mohamed Aberkane et Numidia Lezoul, le représentant du parquet a requis un (1) an de prison ferme. Cette même peine a également été requise contre leurs managers. En plus d’une amende d’un (1) million de dinars.

Algérie : le propriétaire de Future Gate risque 8 ans de prison

Pour ce qui est des autres accusés, ils ont été visés par des réquisitoires plus importants. Le procureur de la République a requis une peine de huit (8) ans de prison ferme contre Oussama Rezagui. Ce dernier qui n’est autre que l’accusé principal de l’affaire et le propriétaire de l’agence fictive. D’après ce qui a été rapporté par le quotidien Ennahar.

La mère de Oussama, qui est aussi une ancienne députée, est, quant à elle, visée par une peine de trois (3) ans de prison ferme. En plus du paiement d’une amende de deux (2) millions de dinars. Ainsi, ils seront tous les deux interdits de pratiquer l’activité relative à cette affaire. Et pour une durée de cinq (5) ans.

- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -