Actualité

Algérie : Ali Haddad, Sellal et Ouyahia condamnés pour corruption

1
algérie haddad sellal ouyahia
S'abonner :

Algérie – Le tribunal de Sidi Mhamed a condamné pour corruption l’homme d’affaires, Ali Haddad, après l’avoir fait avec les deux ex-Premiers ministres en Algérie, Abdelmalek Sellal et Ahmed Ouyahia. Entre la lourde peine d’emprisonnement et les coûts (ou coups) financiers, l’ancien président du FCE n’est pas près de s’en sortir.  

En effet, le tribunal de Sidi Mhamed a rendu son verdict aujourd’hui 1er juillet 2020. Ainsi Ali Haddad, connu en Algérie pour sa proximité avec l’ancien régime, a écopé d’une peine de 18 ans de prison ferme, tandis que Sellal et Ouyahia ont eu chacun 12 ans de prison ferme et un (1) million d’amende. Le patron de l’ETRHB, Haddad en l’occurrence, est également condamné à une amende de huit (8) millions de dinars algériens. Ajoutée à cela, une saisie de ses biens.

Ali Haddad a en fait comparu devant le juge pour, entre-autres, obtention de privilèges, d’avantages et de marchés publics de manière non conforme à la loi. Dilapidation de deniers publics. Abus de fonction. Conflit d’intérêts et corruption dans la conclusion de marchés publics. On lui reproche par exemple d’avoir obtenu 125 marchés publics illégalement.

On lui reproche en outre l’obtention de 452 prêts bancaires et plusieurs autres projets, dont celui de l’autoroute Est-Ouest. Les privilèges susmentionnés étaient d’ordre foncier, douanier, et portuaire. Ses frères, Omar (appelé Rebouh), Mohamed, Sofiane et Meziane Haddad ont été aussi condamnés. Il s’agit d’une condamnation à 4 ans de prison ferme et huit (8) millions de dinars d’amende. 

Corruption en Algérie : À côté de Haddad, Sellal et Ouyahia, d’autres accusés ont été condamnés

5 ans de prison ferme et 500.000 dinars d’amende à Abdelkader Kadi. 3 ans de prison ferme et 500.000 dinars d’amende à Amara Benyounes et Boudjemaa Telai. Quant à l’ancien ministre, Amar Ghoul, le tribunal l’a condamné à 10 ans de prison ferme et à un (1) million de dinars d’amende. Les anciens ministres de l’Industrie, Mahdjoub Bedda et Youcef Yousfi, ont eu 2 ans de prison chacun et une amende de 500.000 dinars.

Abdelghani Zaalane s’est vu infligé une peine de 3 ans de prison ferme. Il y a lieu aussi de la condamnation, par contumace, à 20 ans de prison de l’ancien ministre Abdessalem Bouchouareb. Le juge a en plus émis un mandat d’arrêt international contre lui.

2 ans de prison ferme à l’ancien wali d’El Bayadh, Benmansour Abdallah; et l’ancien wali d’Annaba Slimani Mohamed. En revanche, le tribunal a innocenté les directeurs de ports qui se sont assis au banc des accusés. 

Article recommandé :  Rentrée scolaire 2021 en Algérie : Voici les prix des livres scolaires

Algérie : Montée du moustique tigre dans 24 communes d’Alger

Article précédent

Algérie : Voici les raisons du maintien de la fermeture des frontières

Article suivant

Lire aussi

1 Commenter

  1. Pourquoi on tarde à menotter leur commandeur, fakhatouhoum ainsi que tous les ministres sans exception des quatre mandats de Bouteflika.? Sans exception , car ils ont tous cautionné ces actes d’un président du FCE qui faisait la pluie et le beau temps avec son Said. Pourquoi ne pas les condamner tous aux mêmes peines de prisons ?, ils ont tous travaillés ensemble.

Comments are closed.