Algérie : Ali Haddad a bénéficié de 78.410 milliards en crédits bancaires

Algérie – L’investigation sur l’influent homme d’affaires Ali Haddad a révélé les montants exorbitants des crédits bancaires s’élevant à 78.410 milliards de centimes, dont il était le bénéficiaire.

En effet, l’enquête a révélé que depuis l’année 2000, l’ex-président du Forum des Chefs d’entreprises (FCE), Ali Haddad patron du groupe ETRHB a bénéficié de 124 marchés publics soit 78.410 milliards de centimes, coïncidant avec l’arrivée de l’ancien président Abdelaziz Bouteflika en 1999; rapporte le quotidien francophone El Watan ce 27 janvier.

Le rapport de l’enquête a indiqué que 99 marchés lui ont été accordé dans le secteur des travaux publics, collectant 56.430 milliards de centimes en bénéfice, 23 marchés dans le secteur de l’hydraulique s’élevant à un gain de 21.719 milliards de centimes. Il a également bénéficié de 2 marchés de plus de 261 milliards de centimes dans le secteur de l’énergie et des mines.

En outre, ses accointances avec le frère de l’ex-président déchu Said Bouteflika lui auraient permis de bénéficier de 452 crédits bancaires, soit 211.000 milliards de centimes, dont 83 % (167.000 milliards de centimes) ont été prêté par les banques publiques.

Evasion fiscale et factures gonflées ?

Les enquêteurs expliquent qu’Ali Haddad marchandait avec d’innombrables entreprises étrangères, portugaises, turques, chinoises, italiennes ou encore espagnoles, de manière à ce que ces dernières bénéficient d’un maximum d’argent en vue de le transférer vers l’étranger; précise la même source.

L’ex-président du FCE a s’est par ailleurs offert l’hôtel Palace de Barcelone au prix de 55 millions d’euros (un crédit de 44 millions alloué par une banque espagnole) et le reste a été avancé par les sociétés étrangères.

En outre, Haddad gonflait les factures des travaux qu’il réalisait avec son groupe ETRHB, notamment sur les montants des travaux d’aménagement des gorges de Kherrata, sur la RN9 mais également sur le projet de la ligne de tramway Alger-Est et sur le contrat de réalisation de la ligne ferroviaire de 185 km, reliant Relizane-Tiaret-Tisemsilt ou encore celui de ligne ferroviaire reliant Oued Tlilat à Tlemcen; souligne El Watan.

Docks portuaires et biens fonciers..

L’article paru ce 27 janvier dévoile qu’en 2014, Ali Haddad a bénéficié de nombreuses concessions notamment au port d’Annaba, au port de Mostaganem, celui d’Alger, ou encore à l’ouest du port de Djendjen à Jijel.

Concernant les biens fonciers, l’ex-wali, Abdelkader Zoukh aurait attribué au sulfureux homme d’affaires plusieurs lots de terrains (9 terrains), à Bab Ezzouar, à Bir Mourad Raïs et à Dar El Beïda. Le patron de l’ETRHB a par ailleurs obtenu un terrain de 50.000 ha à El Bayadh, précise El Watan.

Poursuivi dans plusieurs affaires de corruption, Ali Haddad sera renvoyé devant le tribunal, avec au moins une trentaine de personnes, dont des walis, des ex-hauts responsables et ministres, à l’image de Amar Tou, Boudjemaa Talai, Karim Djoudi, Amara Benyounès, Abdelkader Bouazgui, Amar Ghoul (sénateur) Abdessalem Bouchouareb, et un deuxième ex-Premier ministre, Abdelmalek Sellal, ainsi que deux anciens walis, Abdelkader Zoukh, d’Alger et Mohamed Djamel Khnafer, d’El Bayadh.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes