Algérie : Les actions de Ali Haddad à Fertial saisis par BNP Paribas

Algérie – 11 % des actions du groupe ETRHB de Ali Haddad dans le capital social de l’entreprise Fertial ont été saisis par la banque BNP Paribas.

Alors qu’il est détenu au centre pénitencier d’El Harrach pour des soupçons liés à de nombreux scandales politico-financiers, l’homme d’affaires et ex-patron du FCE Ali Haddad vient de recevoir nouveau coup dur.

En effet, le groupe ETRHB propriété de Haddad, n’a pas pu honorer les échéances de son crédit bancaire qui s’élève à 30 millions d’euros auprès de la banque BNP Paribas, qui a décidé de saisir ses actifs financiers, a rapporté le quotidien El Watan dans son édition du 8 février.

Cette somme rocambolesque a donc permis à l’homme d’affaires algérien d’entrer dans le capital de l’entreprise de fertilisants Fertial en rachetant 11 % de ses actions, indique la même source qui précise que 6 % des actions restantes détenus par Haddad dans le capital Fertial, lui auraient été financées par la banque algérienne BNA qui ne s’est pas encore manifesté pour réclamer son dû.

Haddad au cœur de la tourmente

Une fois de plus, les affaires de Ali Haddad sont mises à mal alors qu’il est toujours derrière la prison d’El Harrach. Le média arabophone Ennahar a révélé le 6 février dernier que le sulfureux homme d’affaires aurait bénéficié à travers son groupe ETRHB, d’avantages financiers relatifs au financement en devises dans le cadre du projet reliant le port de Djen Djen (Jijel) à l’autoroute Est-Ouest.

Le journal El Watan de son côté a révélé le 27 janvier dernier un autre scandale financier de Ali Haddad. Ce dernier aurait bénéficié, grâce à ses accointances avec le frère de l’ex-président déchu Said Bouteflika, de 452 crédits bancaires, soit 211.000 milliards de centimes, dont 83 % lui auraient été ocrtoyés par les banques publiques.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes