Algérie : Ali Ghediri refuse sa remise en liberté sans réhabilitation

Algérie – Le général à la retraite détenu à la prison d’El Harrach a fait savoir, par le biais de son avocat, qu’il refusait la liberté provisoire sans réhabilitation.

Placé en détention provisoire au centre pénitencier d’El Harrach depuis le 13 juin 2019, le général à la retraire Ali Ghediri a fait savoir ce mardi 07 janvier; qu’il refusait sa remise en liberté provisoire sans réhabilitation; a annoncé son avocat Me Khaled Bourayou.

« Je refuse la liberté provisoire si celle-ci occulte mon droit à la réhabilitation »; a affirmé Ali Ghediri cité par Me Bourayou. « Si la décision [de liberté provisoire] venait à être prise, l’opinion publique devrait savoir que je n’en ai formulé aucune demande dans ce sens »; a ajouté Ghediri.

« Ghediri refuse qu’on ait pitié de lui »

Le général à la retraite explique que son refus de bénéficier d’une éventuelle remise en liberté provisoire a été décidé par principe. « En formulant une demande de liberté provisoire; je couvrirais les lacunes de la justice. […] J’ai le droit à une réhabilitation »; explique le général à la retraite emprisonné à El Harrach.

De son côté, son avocat Me Khaled Bourayou explique que Ghediri refuse qu’on ait pitié de lui estimant qu’il n’y a aucune différence entre un individu incarcéré en prison privé de sa liberté; et un individu qui vit en société mais qui est cependant privé de son innocence.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes