AccueilSociété et CultureSociétéAlgérie - Aïd el Adha 2021, une hausse des prix inattendue du...

Algérie – Aïd el Adha 2021, une hausse des prix inattendue du mouton

Algérie – Chaque année, les musulmans et plus en particulier les Algériens, pour fêter la fête de Aïd el Adha 2021, qui succède au pèlerinage, se bousculent sur le marché à animaux dans le but d’acquérir le meilleur des moutons. Les prix, quant à eux, s’avèrent plus cher d’année en année suivant une panoplie de facteurs.

Les marchés et les points de vente de moutons se préparent dès maintenant à accueillir les acheteurs à l’approche de l’Aïd El Adha 2021 en Algérie. Et ce, avant même l’annonce officielle de leur ouverture. On remarque pourtant les prix qui varient d’un marché à un autre, suivant la race et la qualité du mouton. On parle d’une fourchette allant de 45.000 DA jusqu’à 70.000 DA – 75.000 DA.

Ces prix ont une augmentation de 5.000 DA par rapport à ceux de l’année passée. Les chiffres sont recueillis par le site Tanmia. On les reprend pour vous, ce 28 juin 2021. Toutefois, au fur et à mesure que le jour de l’Aïd approche, les prix sont menacés de repartir à la hausse si les « maquignons » rejoignent le marché de vente et d’achat pour faire leur loi. C’est ce que précisent des observateurs.

Aïd el Adha 2021 en Algérie : y a-t-il un justificatif à ces augmentations de prix ?

Effectivement, selon les éleveurs, cette hausse des prix se justifie largement. Elle l’est, selon eux, par le fait que chaque année, ils payent la nourriture du bétail, importée, de plus en plus cher. Le coût, expliquent-ils, se multiplie par rapport aux prix d’achat du marché noir.

En plus du fait que le prix de la nourriture du bétail se situe entre 5.000 DA et 7.000 DA pour les 100 KG, un prix exorbitant pour les éleveurs, il n’est plus aussi disponible que par le passé, toujours selon eux, qui veulent couvrir avec cette augmentation de prix, à l’occasion de l’Aïd el Adha, une partie de leur perte.

La cause principale de ces prix de plus en plus élevés consiste en la sécheresse climatique. Une dure réalité que notre pays subit depuis quelques années. Les répercussions sur le rendement de l’agriculture se révèlent « dévastatrices ». On évoque également certaines maladies du bétail. Les éleveurs se plaignent qu’elles ont décimé des cheptels dans certaines régions.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes