Culture

Algérie : Un feuilleton porte atteinte à la femme du prophète et enflamme les réseaux sociaux

6
femme prophéte insulte algérie
S'abonner :

Algérie – L’ARAV est attendue pour réagir au contenu d’un épisode de la série ramadanesque d’El Djazaïria One « Ahwal Ennas »; qualifié par nombre d’utilisateurs des réseaux sociaux et certains médias, d’irrespectueux et vu comme une insulte envers l’une des figures emblématiques de l’Islam, à savoir Khadija la femme du prophète Mohamed (sws).

L’Autorité de régulation de l’audiovisuel (ARAV) donne l’apparence d’être submergée ces jours-ci de Ramadan 20202; et semble ne pas en finir avec les diverses chaînes de télévisions privées diffusant des programmes à caractère polémique interprétées par l’organisme public, et par beaucoup de téléspectateurs; comme des dérives aux principes de la société algérienne et à l’éthique de la profession.

Après Echourouk TV et Numidia TV déjà averties par l’ARAV, le tour est venu à El Djazaïria One qui devrait très probablement subir la « correction » de la même instance; pour un des épisodes de son feuilleton « Ahwal Ennas » diffusé vendredi et comportant une réplique jugée offensante à l’égard de la première femme épousée par le prophète; en l’occurrence Khadija vénérée par les musulmans, à l’instar des autres épouses de l’envoyé de Dieu; auprès desquels elles jouissent d’un respect d’ordre religieux et sont appelées « Mères des croyants ».

Dans la scène controversée, l’une des actrices du programme spécial ramadan; produit par le rappeur reconverti cette année au divertissement télévisuel, Réda City 16; lance la phrase à l’origine de la polémique disant que « même le prophète a épousé une veuve ».

Le problème est qu’en arabe le mot « veuve » se dit « hadjala »; et ce terme possède en Algérie une connotation fortement péjorative. Inutile de dire que la séquence n’est pas passée inaperçue au yeux des internautes algériens, qui se sont scandalisés en grand nombre sur les réseaux sociaux; qualifiant la scène d’irrespectueuse envers Khadija, « mère des croyants » et première épouse du prophète Mohamed (sws).

Des partis s’insurgent, les Oulémas réagissent et la chaîne reste pour l’instant muette

L’association des Oulémas musulmans algériens, a déclaré sur sa page Facebook que « le fait d’oser porter atteinte aux mères des croyants est un crime, ô médias malsains ! »; et d’ajouter qu’il s’agit en ce mois de ramadan de « programmes médiocres, superficiels et méprisant le domaine du sacré ».

Alors que le Front de la justice et du développement (FJD); parti politique d’obédience islamiste, a indiqué dans un communiqué que « les dérapages des chaînes satellitaires pendant le mois sacré du ramadan se poursuivent; et après des programmes de caméras cachées qui manipulaient les sentiments des gens dans un style vulgaire, la Mère des croyants Khadija; que Dieu soit satisfait d’elle, n’a pas été épargnée. »

Au moment où sur les réseaux sociaux, des militants et des religieux demandent l’arrêt de la série et la fermeture des chaines TV diffusant de tels contenus, aucun commentaire immédiat de la chaîne; ni du producteur de la série, n’a été constaté sur la colère suscitée.

Caméras cachées et feuilletons du ramadan en Algérie : Médiocrité cathodique ?

« L’amateurisme, la facilité et l’absence de qualité » caractérisent, d’après le quotidien national El Watan; les caméras cachées du Ramadan 2020, qui selon l’auteur de l’article devraient tourmenter le défunt Hadj Rahim, icône de la télévision en Algérie. Ce qui est plus grave encore, si l’on croit le journal francophone; c’est l’image qu’on attribue à l’individu algérien (l’invité/piégé); pouvant être une personnalité de notoriété publique ou simple anonyme.

On exhibe comme un trophée la violence du piégé; hors de lui face « à la situation d’injustice et de victimisation ». Cette agressivité est utilisée pour signifier au téléspectateur le degré de gravité des faux « vrais faits »; mis en scène pour que « l’ingénu cède et fonce tête baissée ». Ainsi les plateaux télé comme celui d’Echourouk TV avec sa caméra cachée « Hkamnakoum gaa », ou d’Ennahar TV avec son émission du même type « Rana Hkamnek »; se transforment en rings à l’occasion du mois de Ramadan.

Article recommandé :  Algérie : Le patron d'Ennahar Anis Rahmani condamné à de la prison ferme

Voyageurs Algériens : Vers la hausse des prix des billets d’avion de 50%

Article précédent

Titre de séjour/Visa prolongés en France : Possibilité de voyager librement ?

Article suivant

Lire aussi

S’abonner
Notifier de
guest
6 Commentaires
Anciens
Récents Les + votés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Izem

La création artistique semble être impossible compte tenu du manque de professionnalisme des nouvelles chaînes, comme ce fut le cas du temps de ou des chaînes publiques. Malgré cela s’il est peut admis cet état de fait le respect de nos valeurs, toutes nos valeurs, doivent être respectées.
Ce n’est qu’un point de vue sans plus.

kad

C’est vrai que les chaines poubelles publicitaires commettent incartade sur incartade ces temps-ci. L’ARAV a beau sanctionner et elle devrait le faire avec plus de rigueur, cela ne suffira pas. Il faudra établir un code de sanctions progressifs dont la finalité sera la fermeture sans appel. La veulerie de toutes les institutions de contrôle est étonnante mais il faut comprendre l’état qui agit avec des pincettes. Actuellement, il reçoit des coups de boutoirs de la part d’ONG et de pays qui on le sait, ont pour but de déstabiliser l’Algérie. Aucun journal ou chaine privés n’ont levé le petit doigt… Lire la suite »

Mellah hocine

Difficile , très difficile de vouloir bâillonner tous les médias pour des scènes jugées hors de nos us et coutumes. Les médias ne sont , en realite’ que l’image de la politique gouvernementale, avec une nullité dans la programmation ,ceci s’explique par le fait que tout l’espace de communication et l’espace culturel sont régis par des lois rétrogrades au point où l’Algérie a perdu tous ses hommes de culture , tous ses réalisateurs, tous ses acteurs et au final tous ses hommes et femmes capables d’apporter une valeur cinématographique. Combien de cinémas , de théâtres, de vraies maisons de jeunes… Lire la suite »

Hamid

Il faut reprimander la culture algerienne….on apelle un chat un chat. On s’insurge de partout pour un non événement et on passe sous silence des crimes. On reconnaît la valeur des grands à la grandeur de leur problèmes

akli

On adore les faux problèmes.
je ne pense pas que le mot Hadjala est péjoratif. ils veulent seulement créer une ambiance.

peut-être pour ne pas se mêler des vrai problèmes.

Izou

Cette énième incartade démontre à quel point nos fameux artistes manquent de civisme ! N’en déplaise à certains, je dirais que nos conteurs de places publiques valent de loin mieux que ces comédiens qui ne savent mettre en spectacle que des pitreries ! D’ailleurs rien qu’à voir les publicités qu’ils réalisent montre qu’ils sont débiles où qu’ils nous prennent pour. Les caméras cachées n’en parlons pas ! Exemple : pour prétendre à la main de sa fille, monsieur exige que le prétendant sache discerner et apprécier le bon du mauvais café, n’est-ce pas là une connerie !? Des monologues où… Lire la suite »