AccueilÉconomieAutomobileL’achat de l’euro au Square pour l’importation de voitures d'occasion est rentable...

L’achat de l’euro au Square pour l’importation de voitures d’occasion est rentable ?

Algérie – Acheter de l’euro au marché informel (Square) pour s’en servir lors de l’importation des voitures de France en Algérie, est-il avantageux au porte-monnaie du citoyen lambda ? Voici la réponse d’un expert. 

Se procurer une ou plusieurs voitures de la France en passant par l’importation et en convertissant quelques dinars contre l’euro au marché informel en Algérie vous fera-t-il économiser de l’argent ? Transporter votre bijou, le faire traverser la Méditerranée pour le ramener au bercail est-il facile ? À ces questions qui subsistent et autres plantant autour de l’importation des véhicules, un spécialiste a tenu à répondre. 

En effet, Mourad Saadi, journaliste automobile est revenu en long et en large sur le sujet sur le plateau d’Ennahar TV, ce samedi 15 mai 2021. En préambule, il a fait savoir que les démarches permettant d’importer une voiture de France pour la faire rouler en Algérie s’avèrent moins compliquées que celles dans d’autres pays.

Pour épauler son fusil d’épaule, le spécialiste indique que de nombreux Algériens ont des proches qui résident aux plusieurs coins de l’Hexagone. « Je ne peux nier qu’importer une voiture de la France est plus facile que de le faire en provenance d’autres pays », indique-t-il.

Acheter l’euro pour importer une voiture de France : Pourquoi n’est-il pas avantageux ? 

Cependant, « le prix d’une (01) seule unité d’euro en marché informel équivaut à presque 210 DA », ajoute-t-il par la suite. À en juger les dires du journaliste automobile, acheter de l’euro du Square pour payer sa voiture est très coûteux. 

Selon sa vision des choses, convertir son argent au Square pour s’en servir lors de l’achat d’une voiture n’est pas aussi rentable que l’on croit. Sans oublier que rapatrier sa voiture et la mettre au bord d’une remorque sont des procédures qui nécessitent également un budget des plus importants. S’ajoutent à cela les frais douaniers et de transportation. 

Un peu plus loin, Saadi s’est exprimé sur les prix des voitures de moins de trois (03) ans en Algérie. Il sied de rappeler tout d’abord qu’à l’heure actuelle, les prix sont très élevés. Plusieurs estiment que l’importation de ces derniers pourrait mettre fin à cet épisode de la hausse qui persiste depuis plusieurs mois. Le locuteur a toutefois un autre avis.

Selon lui, même après l’importation des voitures d’occasion, les prix ne vont pas baisser. Aux yeux de Saadi, l’importation des véhicules neufs est seule la solution. Ceux usagés peuvent être exploités à l’ouverture de nouveaux postes emplois. Ils peuvent également faire bénéficier le Trésor public, souligne-t-il. Cela passe par la création d’un nouveau métier. Il s’agit donc des professionnels de la distribution automobile. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes