L’Algérie accorde un prêt à la Tunisie de 300 millions de dollars

Économie – Patinant dans la crise économique, la Tunisie reçoit un prêt de 300 millions de dollars de l’Algérie. On vous en dit plus, ce 15 décembre 2021.  

Depuis que le virus de la Covid-19 a planté ses pénates, la Tunisie souffre d’un important déficit budgétaire en vacillant de prêt en prêt de l’Algérie. Ainsi, le solde négatif du budget de l’État tunisien bat un nouveau record. De ce fait, le gouvernement algérien accorde un nouveau crédit à notre pays voisin. Celui-ci se traduit par un montant de 300 millions de dollars.

Annoncé la veille de la visite du président de l’Algérie en Tunisie, le prêt a été conclu entre les deux parties le 9 décembre. Ce dernier vise à consolider les relations bilatérales de longue date. En plus de favoriser la coopération entre les deux pays frères. C’est d’après le décret présidentiel paru au Journal officiel (JORA). L’agence de presse britannique Reuters rapporte l’information.

Au milieu d’une négociation avec le Fonds monétaire international, la Tunisie cherche un plan de secours, et ce, malgré le prêt de l’Algérie. Atteignant un déficit budgétaire sans précédent, l’année passée, au taux de 11,4 %. La crise économique en est la cause. C’est en raison d’une économie qui a reculé de 8,8 % l’an dernier. Pour cette année, on estime un léger redressement du déficit budgétaire. Celui-ci devrait équivaloir à un taux de 8,3 %.

À combien s’élève le prêt accordé par l’Algérie à la Tunisie ? 

Invité de la chaîne tunisienne Attessia TV, le directeur des finances et des paiements extérieurs à la Banque centrale tunisienne a explicité la valeur du prêt qu’à octroyé l’Algérie à la Tunisie. Dans ce sens, il a estimé au mois d’octobre dernier que le financement se situe entre 600 et 700 millions de dollars. Ce sont des aides sous forme de crédit que notre pays a fourni depuis la Révolution tunisienne de 2011.

D’ailleurs, un taux de 40 % n’a pas encore pas été remboursé. Une fois de plus l’ancien berceau de la civilisation carthaginoise, à savoir la Tunisie sollicite l’Algérie pour un prêt de 300 millions de dollars. En clair, c’est pour une question de taux d’intérêt. Augmentant chaque année partout ailleurs, ce taux est toujours de 0 % durant dix ans. Celle-ci est la période conclue pour ce crédit.  

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes