Algérie : 500.000 travailleurs dans le bâtiment en chômage après l’arrêt des projets

Algérie – L’Association générale des entrepreneurs algériens (AGEA) a fait état de 500.000 travailleurs sans emplois dans le secteur du bâtiment après l’arrêt des projets qui est la cause de ce chômage massif. Retrouvez plus de détails à ce sujet dans la suite de cette édition du 30 avril 2022. 

En Algérie, le bâtiment attire de nombreux travailleurs, dont beaucoup repartent au chômage. Ainsi, dernièrement, ce marché de travail a été fortement impacté à la suite de la fermeture de centaines d’entreprises actives dans le domaine. Cela en raison du manque de projets et de l’absence d’accompagnement. Selon l’Association générale des entrepreneurs algériens (AGEA), un demi-million d’employés du secteur ont perdu leur travail. 

Dans le détail, après un long épisode de détresse marqué par la crise sanitaire liée à la Covid-19, ces professionnels espéraient un retour à une activité plus propice. D’autant plus que ce secteur a marqué une pause de presque trois (3) ans. Cela dit, le spectre de la faillite semble de nouveau rôder autour des entreprises. Et cela, principalement celles actives dans le domaine de la construction.  

De ce fait, l’AGEA n’a pas tardé à se tourner vers le Premier ministre afin de trouver une solution à cette situation qu’elle qualifie de « grave ». Ladite association a également tiré la sonnette d’alarme au sujet de la hausse des prix d’un bon nombre de matériaux de construction.

Elle a affirmé que ces derniers se commercialisent actuellement sur le territoire algérien avec des tarifs trois fois plus élevés par rapport au marché international. C’est ce que rapporte le quotidien arabophone Ennahar

Immobilier en Algérie : l’AGEA dénonce la hausse des prix 

Dans ce contexte, l’Association générale des entrepreneurs algériens (AGEA) a mis l’accent sur l’augmentation des prix. Elle a donc appelé le Premier ministre, Aïmen Benabderrahmane, à intervenir. Et ce, afin de mettre à jour et revoir les tarifs des matériaux de construction à la baisse. Sachant que ces derniers ont augmenté trois fois plus sur le marché national par rapport à l’international. 

À ce propos, la réponse du chef du gouvernement serait que la hausse tarifaire est un problème mondial, pas seulement au niveau de l’Algérie. Par ailleurs, notre source médiatique a fait état de la fermeture de 3. 500 petites entreprises en 2021.

Les responsables des firmes concernées ont évoqué, comme principales causes, le manque de projets et la pandémie de Covid-19. Un bon nombre d’entreprises ressentent, encore aujourd’hui, l’impact qu’a pu avoir la crise sanitaire sur leur productivité. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici