AccueilSociété et CultureFaits DiversAlgérie : 43 tonnes de tabac à chiquer (chemma) saisies dans cette...

Algérie : 43 tonnes de tabac à chiquer (chemma) saisies dans cette wilaya

Algérie – Un groupement territorial de la Gendarmerie nationale (GN) a pu saisir une quantité qui dépasse les 43 tonnes de tabac à chiquer (chemma) dans une wilaya des Hauts-Plateaux en Algérie.

Effectivement, c’est ce qu’indique un communiqué émis par la gendarmerie nationale (GN). Un certain individu s’est vu saisir 43 tonnes et dix (10) Kg de tabac à chiquer (chemma) dans une wilaya des Hauts-Plateaux en Algérie. Il s’agit de Bordj Bou Arreridj. Ladite marchandise, démasquée par un groupement territorial de la GN, était emballée dans 14.400 sachets. Ces derniers étaient, eux-mêmes, conservés à l’intérieur de 600 boîtes. 

C’est en tout cas ce que rapporte le média télévisuel El Djazairia One, le 22 février 2021. Ce n’est pas tout, car les forces de sécurité ont fait part d’autres détails dans leur communiqué. Pour déjouer les contrôles, le tabac à chiquer était dissimulé dans des sachets destinés, à la base, au lait en poudre. 

| Lire aussi : Algérie : Arrestation de 7 barons de drogue et saisie de 127 Kg de kif traité

La quantité de tabac à chiquer allait être transportée de l’est du pays vers une wilaya de l’ouest. Le suspect, quant à lui, est âgé de 37 ans. Il a été arrêté au niveau de l’autoroute Est-Ouest. À Hammam El Biban très précisément, situé dans la wilaya de Bordj Bou Arreridj. Il va faire l’objet d’un procès dans les semaines à venir, voire dans les prochains jours. C’est également ce dont a fait état la même source. 

La chemma efficace pour détecter le coronavirus ?

En effet, c’est là ce qui a été avancé lors d’une émission diffusée le 21 juillet dernier sur la chaîne Echourouk TV. Une femme d’un certain âge a en fait proposé le tabac à chiquer, communément appelé chemma en Algérie, comme moyen de dépistage, voire un remède contre le coronavirus. La dame a fait une démonstration en direct de cette soi-disant technique miraculeuse. Il faut avouer que l’affirmation est un peu tirée par les cheveux et difficile à être prise au sérieux.

C’est justement ce qui a interpellé l’Autorité de régulation de l’audiovisuel (ARAV). Celle-ci s’est manifestée, via un communiqué, un jour seulement après la diffusion du programme télévisé. L’autorité susmentionnée a déclaré qu’elle condamnait « sévèrement ce genre d’émissions versant dans l’ignorance et la mystification. »

| Sujet connexe : Algérie : La chique (Chemma) pour détecter le Coronavirus, l’ARAV réagit

L’ARAV professe dans la même déclaration que pendant que « de nombreux scientifiques et chercheurs de par le monde sont engagés dans une véritable course afin de trouver un vaccin contre le coronavirus […] la chaîne Echourouk TV n’a pas trouvé mieux […] que de présenter une femme se targuant de proposer un médicament et même un moyen de dépistage. »

Et ce, « sans aucun égard pour le bon sens et au mépris de la science et de l’opinion publique ». C’était donc ce qu’a vivement dénoncé l’ARAV, au lendemain des allégations de l’invité sur le plateau de la chaine de télé citée un peu plus haut.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes