Algérie – une 4ᵉ vague devient-elle inévitable ? Berkani certain 

Algérie – Bekkat Berkani, président du Conseil national de l’Ordre des médecins praticiens a déclaré que la situation épidémiologique actuelle est stable et sans gravité, mais le risque d’une 4éme vague du coronavirus persiste.

Mohamed Bekkat Berkani décrit une situation épidémique stable, sans pour autant exclure la possibilité d’émergence d’une 4e vague du coronavirus en Algérie. Le médecin a ajouté, lors de son entretien à la Radio Sétif, qu’avec la saison hivernale, connue pour la propagation des maladies virales, on anticipe une augmentation du nombre des cas positifs à l’avenir.

Dans le même contexte, il a révélé que la prochaine vague ne pouvait pas être plus dangereuse que les précédentes. Car nous nous sommes habitués à l’épidémie et nous savons y faire face. L’intervenant note qu’il y a 11 millions d’Algériens qui ont pris la première dose. 

Berkani a souligné que les chiffres actuellement enregistrés quotidiennement sont liés aux analyses PCR. Ils peuvent ne pas refléter spécifiquement le nombre réel des infectés. D’autant plus qu’il y a des personnes contaminées qui ne sont pas inscrites auprès des services de santé.

« C’est Delta qui demeure !  » 

Le médecin a indiqué que la troisième dose est plus que nécessaire pour les groupes fragiles et les patients chroniques après 6 mois de la première dose. Le vaccin algérien est excellent et efficace. Et il ne faut pas écouter les rumeurs, préconise le docteur.

« Nous n’avons pas non plus enregistré de nouveaux symptômes de Covid par rapport aux vagues antérieures. Nous n’avons enregistré aucun nouveau variant, car le mutant encore présent est le Delta. Et nous savons très bien comment le gérer ». 

Quatrième vague, a-t-on raison de s’inquiéter ? 

Cette tendance à la hausse s’observe un peu partout dans le monde, notamment en Europe, où près de 40.000 cas sont recensés chaque jour rien qu’en Angleterre. Les indicateurs épidémiologiques montrent que le nombre de cas positifs dans les hôpitaux algériens, ainsi que le nombre de patients hospitalisés au sein des services de réanimation ont augmenté.

Il ne s’agit pas d’effrayer les citoyens, selon l’orateur, mais de sensibiliser les gens à travers un discours scientifique précis et basé sur des données épidémiologiques. La quatrième vague peut être presque certaine, voire imminente, toujours d’après lui. « Tout ce qu’on peut faire est d’atténuer sa virulence ». Chose à laquelle on peut procéder « en ayant un comportement de prévention. Et en continuant la vaccination massive ».

Dr Berkani a expliqué que scientifiquement, et dans le monde, on dit que le virus vit ses derniers mois. Ce constat est fait grâce au vaccin anti-Covid. Et à l’accès à l’immunité collective. Il faut donc aller vite et en groupe en cette bonne période de vaccination. C’est pour se prémunir contre toute prochaine vague.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes