AccueilActualitéAlgérieAlgérie : 200 conteneurs de Ali Haddad saisis par les douanes à...

Algérie : 200 conteneurs de Ali Haddad saisis par les douanes à Oran

Algérie – Les services douaniers du port d’Oran ont saisi 200 conteneurs « excessivement surfacturés », appartenant à l’homme d’affaires, Ali Haddad détenu au pénitencier d’El-Harrach.

En effet, l’ex propriétaire de l’ETRHB fait état d’un nouveau scandale politico-financier. Selon le média arabophone Echourouk qui rapporte l’information, 200 conteneurs transportant des équipements de travaux publics ont été saisis par les services douaniers du port commercial d’Oran, dans le cadre d’une enquête liée « à la surfacturation et au trafic des devises ».  

Des sources proches du média ont révélé que ces importations ont été introduites en vue de faire passer des devises. Dans ce sens, l’enquête a effectivement démontré « un écart significatif entre la valeur réelle des importations sur le marché mondial et les factures d’importation déclarées par l’homme d’affaires », précise la même source. 

Plusieurs responsables douaniers ont été interpellés suite à leur implication auprès des hommes d’affaires, Ali Haddad et Rédha Kouninef, indique le quotidien arabophone qui souligne que ces responsables des douanes auraient fournis aux hommes d’affaires « des concessions illégales leur permettant de dédouaner leurs importations à distance sans être soumis à l’inspection des importations au niveau des ports ».

Les scandales de Haddad s’accumulent

Selon les informations rapportées par le quotidien arabophone Ennahar en début février, Ali Haddad aurait bénéficié « d’avantages financiers concernant le projet reliant le port de Djen Djen (Jijel) à l’autoroute Est-Ouest ». C’est Abdelkader Ouali, ancien Ministre des Travaux Publics et député FLN, qui est pointé du doigt par la justice algérienne et ciblé par une demande de levée d’immunité parlementaire émise par le Ministère de la Justice.

Durant la même semaine, un nouveau scandale politico-financier a éclaboussé l’ex-président du FCE. Ce dernier a vu 11% des actifs financiers détenus chez l’entreprise Fertial, saisis par la banque BNP Paribas. Pour cause, Haddad « n’a pas pu honorer les échéances de son crédit bancaire qui s’élève à 30 millions d’euros » auprès de la même banque.

Rappelons à cet égard que le quotidien El Watan a révélé le 27 janvier dernier, un énième scandale financier lié au sulfureux homme d’affaires Ali Haddad. Ce dernier aurait bénéficié, selon des sources cités par le quotidien, de pas moins de « 452 crédits bancaires estimés à 211.000 milliards de centimes, dont 83 % de ces crédits lui auraient été octroyés par des banques publiques ».

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici