AccueilÉconomieAlgérie : 15 milliards de dollars pour la relance de l’économie

Algérie : 15 milliards de dollars pour la relance de l’économie

Algérie – Pour financer la relance de l’économie, la Banque d’Algérie (BA) a mis en place un tout nouveau programme de refinancement de l’ordre de 15 milliards de dollars pour une durée d’une année. Nous vous en donnons, ce 03 juillet 2021, plus d’explications.

Sous l’effet d’une crise sanitaire brutale et de l’effondrement sans précédent du baril du pétrole, le pays se heurte à une récession financière. Conscient de cette conjoncture délicate, le gouvernement tente de contrecarrer l’asphyxie de la vie économique. Il dévoile alors un nouveau plan de relance de l’économie à coup de milliards de dollars, une quinzaine, en vue de sortir l’Algérie d’une profonde ornière. 

En effet, un programme spécial de refinancement de 2.100 milliards de dinars, soit 15 milliards de dollars, est ajusté pour une durée d’une année. En vigueur depuis jeudi dernier, cette planification vient en soutien au plan spécial de relance de l’économie nationale. C’est en tout ce que stipule le règlement n° 2021-02 de la Banque d’Algérie. Le décret a, récemment, été promulgué au Journal Officiel n° 49. 

Il tend à définir les règles, les procédures ainsi que les conditions applicables aux opérations entrant dans le cadre du programme spécial de redressement économique. Il consiste en des opérations de cession temporaire d’apport de liquidités. Celles effectuées à l’initiative de la Banque d’Algérie. Ces opérations portent sur des échéances de douze (12) mois. Elles sont renouvelables à deux reprises, souligne l’article 3 du règlement susvisé. 

Consolidation de l’économie nationale : fonctionnement à plein régime de la planche à billets 

L’objectif principal reste le même : combler le déficit budgétaire, estimé à -3.310 milliards de dinars. Soit l’équivalent de 24,82 milliards de dollars. Ce qui dépasse le niveau des recettes pétrolières. Touché de plein fouet par la chute de ses revenus pétroliers, l’Algérie table sur une autre issue. Pour contourner les manques, la planche à billets est perçue comme l’unique échappatoire à la crise économique. 

« Le montant plafond alloué dans le cadre du programme spécial de refinancement est de 2.100 milliards de dinars. Ce qui représente un peu plus de 10 % du produit intérieur brut (PIB) ». C’est, en outre, ce que précise l’arrêté n° 2021-02 de la BA. C’est le gouverneur de la Banque d’Algérie, Rosthom Fadli en l’occurrence, qui l’a signé et homologué. 

Le règlement indique, de surcroît, que c’est le Comité des opérations de politique monétaire de la Banque centrale d’Algérie (COPM) qui est chargé de la mise en œuvre de ce programme. Le décret précise notamment que les opérations spéciales de refinancement ont une fréquence mensuelle. Elles interviennent, met-on en exergue, selon un calendrier préétabli. 

« Ces opérations sont annoncées chaque premier mardi du mois calendaire. Elles sont exécutées le jour ouvrable suivant. Les soumissions sont d’un montant minimum d’un (1) milliard de dinar », stipule encore le règlement avant d’ajouter un point ampliatif. « Les effets que la BA accepte en garantie au titre d’opérations spéciales de refinancement sont les obligations qu’émet le Trésor public dans le cadre du rachat des crédits syndiqués ». 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes