AccueilSociété et CultureSociétéAlger : un chauffard tue un policier

Alger : un chauffard tue un policier

Alger – Dans la frénésie de la fête du Nouvel An, un chauffard a renversé un policier qui était en service, ce qui a coûté la vie à ce dernier. Les collègues de la victime ont interpellé l’individu responsable de l’incident mortel.

À Draria, dans la banlieue sud-ouest d’Alger, un chauffard de 29 ans a causé la mort d’un policier en service ce soir-là. La soirée du réveillon est célébrée un peu partout en Algérie, et dans la capitale, une certaine frénésie est notable à cette occasion. Est-ce cette dernière qui a justement conduit au décès du malheureux élément des forces de l’ordre ?

Le brigadier qui a perdu la vie à la veille du Nouvel An s’appelait Houari Abderrahim. Le quotidien Echorouk est allé à la rencontre de sa famille dans la wilaya de Sidi Bel Abbès. Sur place, une foule est venue au domicile du défunt pour présenter les condoléances et assister aux funérailles.

Le frère de Abderrahim a longuement parlé de son frangin qui n’est plus. Il a témoigné de l’amour qu’avait celui-ci pour son travail. D’ailleurs, il est mort vêtu de son uniforme en plein exercice de sa mission. Toujours d’après le même membre de la famille, le policier disparu apercevait une telle fin comme l’honneur suprême.

La famille, à Sidi Bel Abbès, tétanisée par la nouvelle

« Il était à la fois un frère et un père pour moi », a-t-il confié au média susmentionné. Par la suite, il ajoute : « C’était tout ce que j’avais ». Plus loin, l’homme endeuillé par la perte d’un être cher qui constituait son repère dans la vie précise : « Mon frère a consacré sa personne et son temps à son travail qu’il adorait. Il a passé 16 longues années à servir sous l’uniforme avec lequel il a rendu l’âme comme martyr de la Patrie ». 

Sa mère, quant à elle, a raconté avec beaucoup de douleur, l’instant où elle a appris que son enfant a été écrasé par la voiture d’un conducteur imprudent. On lui a alors annoncé que son fils était en soins intensifs. Elle avait entretenu une lueur d’espoir avant que celle-ci ne s’éteigne à jamais. Cela après la survenue du décès de l’aîné de ses enfants. Il était alors mort à tout juste 45 ans.  

Les présents, parents et alliés, amis et voisins, étaient nombreux. Cependant, ce qui était le plus remarquable était la présence de beaucoup de policiers. C’est-à-dire d’anciens collègues à lui ayant travaillé avec lui dans le passé ou jusqu’au jour de sa disparition tragique en pleine rue.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici