La reprise du trafic aérien d’Air Algérie se fera avec 50% du personnel

Algérie – La compagnie aérienne a publié une note de service ordonnant la mise en place d’un calendrier de travail mensuel. Air Algérie mobilisera la moitié de ses effectifs, en prévision de la reprise partielle et progressive du trafic aérien.

Le document précise que l’agenda doit respecter la flexibilité, qui sera soumise à l’évaluation des responsables, de chaque unité selon les besoins de l’activité. L’instruction stipule que le planning doit se baser sur l’établissement de la liste des travailleurs, en exercice chaque mois et sera soumise à la Direction des ressources humaines.

L’instruction de la compagnie aérienne publique; indique également la durée que couvrira cette procédure. Elle restera alors en vigueur jusqu’à ce que l’activité soit entièrement et normalement reprise. Sa validité se poursuivra donc pendant l’intégralité de la reprise partielle.

La suspension des vols de/vers l’Algérie est intervenue à la suite du verrouillage de l’espace aérien de notre pays. Cela a été décidé pour cause de la propagation du nouveau Coronavirus. Le chiffre d’affaires d’Air Algérie est impacté; par un manque s’élevant à 38 milliards de dinars. Le porte-parole de la compagnie a expliqué à l’APS que ce montant est susceptible d’atteindre 89 milliards d’ici l’écoulement de l’année en cours.

La reprise du trafic n’est pas du ressort d’Air Algérie, selon Andaloussi

« On ne peut pas avancer de date pour la reprise du trafic aérien des voyageurs »; fait remarquer Amine Andaloussi à l’agence officielle. « La décision d’ouvrir l’espace aérien est une prérogative du président de la République »; a-t-il ajouté. « Cependant même si on décide de reprendre cette activité; on va le faire à hauteur de 30% de notre programme habituel; et on ne peut pas excéder les 20% d’ici à la fin 2020 ». Les clients possesseurs de billets seront prioritaires.

« Nous avons encore 65 milliards de DA de trésorerie », souligne par ailleurs l’orateur. Et d’ajouter « qu’en dépit de la crise, nous avons des charges incompressibles que nous devons honorer. Il est question de « la maintenance des avions; la location des sièges, les charges des fournisseurs et prestataires et évidemment les salaires ».

Le cadre d’Air Algérie se réfère aux prévisions des experts; pour estimer que « le retour au programme des vols de 2019, pour Air Algérie et pour les autres compagnies aériennes dans le monde; ne peut se faire avant l’année 2023 voire 2025 ». Un « faible engouement » des voyageurs est en outre pointé du doigt comme freineur qui survivra à la pandémie, car la crainte du virus risque trop de persister. 

Contenu sponsorisé :

Articles récents

Articles connexes

Contenu protégé !