Air Algérie ne reprendra pas à 100 % son programme de vols pour cette raison (vidéo)

Algérie – Le président-directeur général de la compagnie aérienne, Air Algérie, par intérim, Amine Mesroua Debaghine a exclu toute possibilité d’une reprise totale de son programme de vols. Dzair Daily relate pour vous tous les détails dans cette édition du mardi 08 mars 2022.

Depuis la réouverture des frontières algériennes et la reprise partielle des vols, Air Algérie se retrouve au cœur des critiques. En effet, nombreux sont ceux qui se plaignent de la cherté des billets d’avion ainsi que le nombre insuffisant des places disponibles que la compagnie en question propose. Dans ce sens, le PDG d’Air Algérie s’est exprimé sur le programme de vols.

Effectivement, cela fait deux (02) ans que la crise sanitaire de la Covid-19 a impacté la situation économique du pays. Notamment, celle de la compagnie aérienne, Air Algérie. En fait, les frontières algériennes demeurent partiellement ouvertes. Alors que beaucoup d’Algériens espérent revoir l’ancien programme de vols « non-limité », le PDG d’Air Algérie par intérim, quant à lui, s’oppose.

En effet, Amine Mesroua Debaghine s’est exprimé à ce sujet lors d’une audition à l’APN. Il a déclaré : « Même si l’État me demande d’ouvrir, demain, à 100 %, je lui dirais non ». Le responsable a ensuite enchaîné en révélant qu’il préférait « une ouverture graduelle de 40, 50, 60 % ». Interrogé sur les raisons de son choix, et si c’était motivé par des « raisons économiques », Mesroua a répondu que ce n’était pas le cas.

Air Algérie : le PDG s’exprime sur les raisons de son refus

Par la même occasion, le président-directeur général d’Air Algérie a justifié son choix par la crise qu’a connu la compagnie. En fait, il a notifié que ses avions n’ont pas fonctionné pendant pratiquement deux (02) ans. Et même s’ils sont bien entretenus, il préfère ne pas prendre de risque. Il a ensuite déclaré que les problèmes ne sont pas à exclure, « un avion reste un appareil. C’est une mécanique. Et ça répond à toutes les règles de la mécanique », a-t-il souligné.

Dans la même conférence, le PDG d’Air Algérie s’est confié sur des problèmes qu’ils ont eu auparavant. Il a alors précisé qu’un des avions de la compagnie en question a eu récemment un de souci au niveau des ailes à Londres. Mesroua a ensuite déclaré que cette situation que traverse l’entreprise nationale le préoccupait. De plus, il a révélé qu’il ne se rendait pas à l’aéroport depuis que les avions sont cloués au sol.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes