Air Algérie : L’impact de la suspension des vols internationaux

Algérie – En raison d’un déficit financier prononcé, la compagnie Air Algérie risque de se confronter à la faillite de sa trésorerie en raison de la suspension des vols internationaux imposée et puis maintenue par la propagation du coronavirus et de ses variants. 

- Advertisement -

La compagnie nationale fait face à une crise de grande envergure. Les frontières du pays sont fermées depuis le 17 mars de l’année passée. La crise sanitaire liée à la Covid-19 a imposé la prise de la mesure de verrouillage. Cette dernière influe alors négativement et de manière menaçante sur l’intégrité du transporteur public. Air Algérie affiche en effet un manque à gagner colossal, en raison de la mise en suspens de ses vols internationaux. 

Air Algérie s’apprête à vivre une année 2021 pas moins compliquée, parait-il. C’est ce que rédige le quotidien national Liberté. Plusieurs éléments laissent croire que l’année en cours sera aussi porteuse de difficultés. D’ailleurs, la compagnie peine à couvrir le salaire de ses 9.600 employés, rapporte le média francophone.

Le nouveau directeur général par intérim d’Air Algérie, Amine Mesroua en l’occurrence, s’est réuni avec le staff dirigeant de la compagnie aérienne nationale. Il a donc tiré la sonnette d’alarme, selon la même source médiatique. Le responsable a mis en garde contre la situation très critique que traverse la compagnie aérienne, ajoute le titre de presse.  

Air Algérie au bord du gouffre ? Quelle résolution possible ?

Par ailleurs et avec l’avènement des vaccins, le transport aérien dans le monde reprend progressivement. Toutefois, avec le « retard » pris dans la campagne de vaccination, l’Algérie risque de ne pas être concernée par un retour « rapide » à la normale, d’après la même source. Cela, même en cas d’amélioration de la situation épidémiologique dans le monde, estime le quotidien généraliste.

La compagnie a subi des pertes financières considérables dues à l’épidémie obligeant son inactivité. La maintenance des avions en arrêt coutent des millions de dollars chaque semaine, soulève le journal. La compagnie publique devrait trouver des solutions pour ses clients en attente d’être remboursés suite à l’annulation des vols commerciaux. D’autre part et en matière de rapatriement, Air Algérie serait devancée.  

Selon l’organe de la presse écrite, le transporteur aérien public voit son issue de secours dans une aide financière de l’État. Justement, elles seraient nombreuses les compagnies ayant bénéficié du soutien de leurs gouvernements. Le journal Liberté évoque, en guise d’illustration, la Royal Air Maroc secourue par le royaume chérifien.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes