Air Algérie aurait demandé une aide financière pour éviter la faillite

Voyage – Pour se relever à la suite d’une inactivité de longue durée due à la crise sanitaire, Air Algérie miserait sur deux stratégies : la réouverture partielle des frontières algériennes mais éminemment l’éventuelle aide financière de la part des pouvoirs publics. 

Le pavillon national semble encore assommé par les répercussions d’une pandémie brutale, intense et sans précédent. En dépit du récent élargissement de son programme de vols et de la forte demande estivale, il peine encore à compenser son lourd déficit budgétaire. Un manque à gagner chiffré à plus de quarante (40) milliards de dinars. Air Algérie crainderait ainsi de ne pas survivre jusqu’à la fin de l’année si l’aide financière du gouvernement tarde. 

La compagnie aérienne nationale se considèrerait en zone rouge et tirerait le signal d’alarme. C’est en tout cas ce dont aurait fait état le Directeur général par intérim d’Air Algérie. Amine Mersaoua aurait illustré la détresse financière de son entreprise lors d’une réunion présidée par le ministre des Transports, Aïssa Bekka. Elle s’est tenue, jeudi, au siège du département ministériel du dernier cité. 

Il s’agit là d’une information que relate La Patrie News dans son édition du 11 septembre 2021. Au cours de cette rencontre, le DG de l’unique acteur du transport aérien algérien a présenté l’analyse de l’actuelle conjoncture. Celle que traverse ce dernier au regard de plusieurs aspects. À savoir, organisationnel, opérationnel et financier. Et à en croire les chiffres révélés, Air Algérie est littéralement enlisée dans une profonde ornière budgétaire. 

Seule chance de survie d’Air Algérie : le coup de pouce gouvernemental 

Si la question de continuité du pavillon national doit être posée, elle doit l’être autrement : est-t-elle vraiment acquise ? C’est du moins ce que souhaiterait son Directeur général, Amine Mersaoua. Il a appelé les pouvoirs publics à participer à la recapitalisation d’Air Algérie. Le même responsable les aurait sollicités pour un déblocage des aides financières.

Le ministre des Transports, Aïssa Bekka a incité les cadres de la compagnie aérienne publique à se diriger vers la rationalisation des dépenses et à appliquer les instructions du gouvernement, particulièrement celles relatives à la restructuration de l’activité d’Air Algérie, notamment à l’étranger.

En outre, le membre du gouvernement les a également appelé à redoubler d’efforts afin de parfaire les services qu’ils proposent à leurs clients. Cela par la modernisation et la numérisation de leurs administrations et structures.

Pour clore le tout, le ministre a alors réitéré son engagement à l’égard d’une coordination avec le ministère des Finances dans l’intention de surmonter tout écueil lié à la subvention des billets de vols locaux. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes