23.9 C
Alger
23.9 C
Alger
dimanche, 16 juin 2024
- Publicité -
AccueilÉconomieAir Algérie, Algérie Ferries, banques : Vers la fin du monopole public...

Air Algérie, Algérie Ferries, banques : Vers la fin du monopole public ?

Publié le

- Publicité -

Algérie – Vers une renaissance économique ? Air Algérie, Algérie Ferries et banques étatiques seront-elles destituées de leur statut monopolisant ?

Suite au discours du Président de la République tenu mardi passé, il en est sorti de faramineuses projections visant à conduire le pays vers un essor économique et financier; tout en essayant de retirer le privilège constamment attribué au secteur étatique. Comme constaté depuis des lustres, la monopolisation de certaines compagnies : Air Algérie et Algérie Ferries, sans oublier les banques publiques. Ainsi, le Chef de l’Etat juge plus judicieux d’appeler les privés à investir dans le transport maritime, aérien et bancaire; afin de secourir l’économie du pays. 

En effet, d’après le média Aliqtisadia M. Tebboune vise à relancer la roue économique de l’Algérie en encourageant les investisseurs privés à s’intéresser de plus près aux transports aérien et maritime et au secteur bancaire. Dans le but de destituer le statut omniprésent des transporteurs et banques étatiques, comme Air Algérie et Algérie Ferries. Dans le même ordre d’idées, M. Tebboune déclare être ouvert à toute demande d’investissement dans lesdits répertoires, en stipulant qu’il n’y voit aucune objection.

- Publicité -

De plus, le Président souligne que cette démarche bénéficiaire à caractère résolutif permettra d’enrichir le portefeuille algérien; en amoindrissant les frais de services du transport dont l’estimation se fixe à 12,5 milliards USD.

Révision de la plateforme bancaire : Une alliance entre banque privée et étatique est-elle envisageable ?

Hormis la problématique des devises transférées, suite aux importants frais qu’engendre le transport de marchandises par voie maritime et qui suscite l’inquiétude du Président; M. Tebboune a évoqué par la même occasion le rôle des banques algériennes.

A cet effet, le Chef de l’Etat s’interroge sur le mode d’organisation et de fonctionnement desdites institutions financières. Et d’après les dires assimilés lors de son exposé oratoire, le premier homme de l’Etat a explicitement demandé une réexaminassions des procédés opératoires des banques; qu’il a caractérisé comme étant de « simple guichets publics ».

- Publicité -

En outre, M. Tebboune se questionne la possibilité d’une future collaboration entre les banques publiques et privées. Tout en indiquant que désormais il n’existe aucune restriction qui entravera la volonté des investisseurs souhaitant s’ancrer dans l’économie du pays; en concevant des banques privées au service du développement de ce dernier.

 

- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -