AccueilGuide VoyagesAir Algérie, Air France, ASL Airlines.. Le point sur la reprise des...

Air Algérie, Air France, ASL Airlines.. Le point sur la reprise des vols

Algérie – Par souci de voir le cercle pandémique s’élargir, la reprise des vols s’éloigne constamment jusqu’à ce qu’elle devienne une chimère, ou bien une fable à laquelle peu de monde s’efforce encore de croire parmi les habitués d’Air Algérie, Air France, ASL Airlines et les autres. Voici le point sur la situation d’arrêt qui connait tout de même des exceptions.

Le coronavirus fait que des peuples entiers sur la planète se replient sur eux-mêmes. C’est dans ce contexte qu’Air Algérie reste toujours aux arrêts car le gouvernement algérien fuit l’ouverture des frontières et la reprise des vols comme la peste, et ce n’est pas la multiplication des foyers de contamination au Covid-19 dans plusieurs régions du pays qui va arranger quoique ce soit à cette situation, qui impacte également Air France ou bien ASL Airlines.

Néanmoins, ces deux là programment, chacune des compagnies à sa façon, des liaisons entre les deux rives pour le mois de novembre. La compagnie nationale, Air Algérie, pour revenir à elle, attend encore la décision souveraine, des hautes autorités de l’État, d’ouvrir enfin les frontières. L’entreprise publique gère tant bien que mal ses difficultés financières induites par la suspension de son activité.

Le fossé se creuse et s’approfondit du jour en jour. Les agences de voyages, elles aussi, souffrent le martyr à cause des vols suspendus. Pour sa part, le transporteur public Air France organise deux vols hebdomadaires dans les deux sens. Les avions du groupe aérien français relient exceptionnellement l’Algérie à la France et vice versa.

Détails des vols pour novembre

Transavia, filiale low-cost d’Air France-KLM, annonce la mise en vente de billets à partir de vendredi prochain. Cela concerne des vols de retour à l’Hexagone au départ d’Oran. ASL Airlines, quant à elle, prévoit plus d’une vingtaine de vols dits spéciaux au départ de plusieurs villes d’Algérie vers Paris.

Tout le monde ne dispose pas du droit d’embarquer. Seuls les citoyens de l’Union européenne y disposent. Les résidents permanents en France aussi. Les détenteurs d’un visa D délivré par un pays de l’espace Schengen monteront à bord également. Le visa court séjour, par contre, n’entre toujours pas en compte. La liberté de voyager demeure enchaînée ! C’est ce que formulent certains pour résumer de manière contestataire.

La santé est une donne fondamentale qui passe devant le déplacement d’un pays à l’autre, réplique le camp adverse. Pendant ce temps-là, les Algériens encore bloqués à l’étranger, tentent de tenir le coup parfois même dans des conditions insoutenables. De plus, le virologue, Dr Yahia Mekki, doute de la possibilité du déverrouillage des frontières nationales même avec l’entrée de la nouvelle année.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes