Aïd El Kebir en Algérie : les prix du mouton flambent et création de marché parallèle

Algérie – Alors qu’Aïd El Kebir de 2021 s’approche à grands pas, les prix du mouton montent en flèche et les marchés parallèles (informels) de vente poussent comme des champignons, au grand dam des consommateurs algériens. Retrouvez plus de détails à ce sujet ci-dessous. 

Comme c’est le rituel chaque année, la célébration de la fête la plus sainte dans le calendrier hégirien nécessite un budget, des plus importants, déboursé par les porte-monnaie des familles algériennes, souvent humble. À quelques jours d’Aïd El Kebir de 2021, certains consommateurs, mis déjà à l’épreuve de la Covid-19, doivent de serrer encore la ceinture pour se permettre d’acheter un mouton dont le prix en Algérie bat de l’aile. 

Le quotidien généraliste Echorouk rapporte l’information dans un article paru hier. On le reprend pour vous, ce jeudi 24 juin 2021. En effet, d’après le média francophone, les prix du mouton connaissent, depuis quelques jours, une hausse significative. Le journal qui a effectué une virée sur les lieux pour en savoir plus, a également tenu à rapporter les prix qui envahissent les marchés à l’heure actuelle. 

Dans une grande écurie d’Hussein-Dey, les prix frôlent même les huit (08) millions de centimes. Certains moutons coûtent quatre (04) ou même six (6) millions de centimes. Tout dépend donc de la race et la taille. La même source évoque également un non-respect des mesures de prévention face au coronavirus dans certains marchés à Belcourt et la place du premier mai. 

Encore plus alarmant, des point de ventes anarchiques ont été ouverts. Ces lieux, non autorisés par le ministère de l’Agriculture, se situent majoritairement dans les grandes villes. Ils se propagent comme une traînée de poudre. Ils arrivent même à attirer la clientèle désireuse d’acheter un mouton pour accueillir la fête musulmane. 

Les prix du mouton flambent à l’approche d’Aïd El Kebir 2021 : les raisons derrière cette hausse

Pour comprendre l’ambiance qui règne sur ce marché qui regorge déjà d’acheteurs, le média s’est rapproché d’un citoyen. Les prix « m’ont surpris. Je crois que les écuries sont devenues des lieux de loisirs et non pas de ventes. Les enfants se ruent sur ces lieux pour voir les moutons qui ne vont apparemment pas entrer dans leurs maisons », indique alors ce dernier. 

Dans le but de connaître les raisons qui se parent derrière cette hausse subite des prix de moutons, la même source a interrogé le président de la Fédération nationale des éleveurs. En effet, Ibrahim Amrani a tenu à répondre à cette interrogation. À cet effet, il a fait savoir que la flambée des prix des moutons est due à la rareté du fourrage et même le prix élevé de ce dernier. 

Pour expliquer sa vision des choses, il indique que les éleveurs ne peuvent pas parcourir de longues distances pour se doter du fourrage. Pour l’heure, signale-t-il, plus de quatre (04) millions de moutons sont disponibles sur les marchés. C’est ce que rapporte également la même source. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes