Aïd El Adha en Algérie : Vers le plafonnement des prix du mouton ?

Algérie – À l’approche de l’Aïd El Adha, qui coïncide avec cette pandémie du Coronavirus, les éleveurs de bétail estiment que ce contexte exceptionnel va contribuer à diminuer la vente « chaotique ». Pour certains, il s’agit d’une occasion pour organiser les marchés et plafonner les prix de vente du mouton.

Après le ramadan et l’Aïd El Fitr, qui se sont déroulés dans un contexte exceptionnel, en raison de la pandémie du Coronavirus, les Algériens se préparent à fêter l’Aïd El Adha. En effet, moins de deux mois nous séparent du rituel religieux. À cet égard, l’ensemble des éleveurs de bétail à travers le pays sont encouragés par la décision émanant du Ministère de l’Agriculture et du développement rural; visant à reprendre leurs activités à l’approche de l’Aïd El Adha.

De son côté, le secrétaire général de l’Association nationale des commerçants et artisans (ANCA), Mohamed Bachir Tabti, s’est exprimé sur l’organisation des marchés et des points de vente des moutons; entre les éleveurs et les consommateurs. Pour lui, faire respecter le port du masque de protection et la distanciation sociale (physique) entre eux, relèvent en premier lieu de la responsabilité des autorités publiques. Mais aussi, du degré de sensibilisation des acteurs du marché en question; rapporte le média algérien Echourouk ce 11 juin.

Un avis également partagé par le président de l’Association nationale des grossistes de viandes rouges, Mohamed Tahar Ramram. Ce dernier estime que la mise en place des mesures de préventions sur le marché de bétail nécessite un bon encadrement avec la présence constante des services de sécurité. « Toute vente de bétail, devrait être contrôlée par des vétérinaires. En particulier les moutons destinés au sacrifice de l’Aïd El Adha »; a-t-il recommandé.

Aïd El Adha 2020 : Le prix maximal de moutons annoncé

Selon le même responsable, cette situation exceptionnelle est une opportunité d’organiser les prix du mouton de l’Aïd El Kebir et de réduire les points de vente non réglementés. Par ailleurs, il a signalé que le confinement imposé par le gouvernement; dans le cadre de la lutte contre la propagation de la fameuse contagion, et la suspension de nombreuses activités commerciales; ont plongé plusieurs familles algériennes dans la précarité et la pauvreté.

Pour lui, il est impératif de plafonner les prix, de sorte à ce que les Algériens puissent acheter le mouton du sacrifice. « En prévision de l’Aïd El Adha en Algérie, les moutons seront vendus cette année 2020 à des prix stables. Ils ne dépasseront pas les 50.000 dinars »; a indiqué le vice-président de la Fédération nationale des éleveurs, Mezroua Belkacem, dans un entretien accordé au quotidien algérien Ennahar.

Rappelons qu’en 2019 les prix des moutons arrivaient jusqu’à 90.000 DA. Cela dit, même la baisse des prix à 50.000 DA ne risque pas de suffire, car comme cité plus haut; la pandémie a sévèrement impacté les revenus d’une bonne partie des citoyens Algériens. Selon le syndicaliste, l’abondance de bétail est bien présente cette année; poussant les éleveurs à baisser les prix et les plafonner, afin d’attirer les acheteurs. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes