AccueilSociété et CultureSociétéAïd El Adha 2021 en Algérie : voici pourquoi le prix du...

Aïd El Adha 2021 en Algérie : voici pourquoi le prix du mouton a flambé

Algérie – Plus les jours passent, plus la date de la fête de Aïd El Adha 2021 approche, on remarque une augmentation des prix du mouton. Ces prix hors du commun ont certaines raisons particulières d’être aussi élevés. 

En effet, quelque temps avant l’Aïd El Adha 2021 en Algérie, les prix ont connu une flambée par rapport à ceux de l’année précédente. Apprenez les causes, ce mardi 29 juin. C’est selon le membre du bureau national de la Fédération nationale des éleveurs (FNE). Le Soir d’Algérie a rapporté ses propos. Cette année la sécheresse a touché une grande partie du pays. Plus particulièrement l’ouest.

On la présente comme la raison principale de la cherté du mouton sur le marché national. Ce qui a conduit à la rareté des produits céréaliers tels que le son de blé et l’orge, nourriture du bétail. On a aussi le manque de végétation comme conséquence à cette sécheresse. Ajoutons à cela, le détournement de terres cultivables pour produits céréaliers destinés aux bétails pour d’autres cultures.

Celles-ci ne leur sont pas profitables. D’autre part, la cherté croissante des aliments qui servent à les nourrir, est un autre facteur qui rend la vente du mouton inaccessible. Effectivement, les prix du marché parallèle de l’orge et du son de blé, se multiplient par rapport à ceux de l’État. Pourtant, les éleveurs se voient dans l’obligation de l’acheter.

Cette année, beaucoup de fidèles vont devoir passer outre le sacrifice du mouton

Vu le salaire des familles aux revenus faibles ou moyens, non équivalent au prix de l’animal, acquérir un mouton sera pratiquement impossible pour eux. Même en déboursant la totalité de leur paye, personne ne peut s’y risquer à acheter un mouton au prix exorbitant. Et manquer de la sorte de quoi subvenir aux besoins de sa famille pendant tout un mois.

Même le recours à l’endettement est pratiquement inenvisageable pour eux. Selon Le Soir d’Algérie, les prix passent d’entre 25.000 DA et 50.000 DA l’année passée à un prix qui s’étale de 50.000 à 100.000 DA cette année. Une différence de prix que confirme même le membre du bureau national de la FNE.

Cet éleveur regrette l’attention qui n’est pas suffisamment portée à cette filière qui gagnerait à être booster, vu les bénéfices qu’elle pourrait générer si elle est bien prise en charge selon des paramètres plus efficaces. En attendant, le coût du mouton pour le Aïd El Adha 2021 ne cesse de dresser tout haut.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes