AccueilSociété et CultureSociétéAïd Al Adha 2021 en Algérie : les différents prix du mouton

Aïd Al Adha 2021 en Algérie : les différents prix du mouton

Algérie – Plus que cinq jours avant l’Aïd Al Adha 2021. Un jour de fête et de réconciliation entre les musulmans. Il n’en demeure pas moins que les prix du mouton à sacrifier ne réconcilient pas toujours tout le monde. Trouvez-les ci-dessous, ce 18 juillet. 

À Alger, la bousculade qui avait lieu auparavant au niveau des espaces de vente de moutons laisse place à l’hésitation. Ainsi, le prix n’est pas toujours accessible aux ménages en Algérie à l’approche de l’Aïd Al Adha 2021. Néanmoins, des aubaines se présentent au niveau de la commune de Birtouta pour les familles dont le revenu est moyen, rapporte le quotidien national L’Expression.

D’après cette même source, cela fait quatre jours maintenant que l’Algérienne des viandes rouges (ALVIAR) située à Birtouta a commencé la vente directe des moutons au sein de sa bergerie. Les prix y sont assez abordables, selon les acheteurs. C’est-à-dire, il faut compter entre 32.000 et 45.000 DA pour s’offrir un agneau. Et entre 52.000 et 60.000 DA pour s’octroyer un bélier.

Cet endroit est sollicité par les familles pour l’avantage de la vente par facilité à l’aide de conventions avec des entreprises. Un vendeur d’ovins a confié à Amrouni que les moutons à 32.000 ne sont plus disponibles. Puisque des donateurs en cette période sacrée se sont mobilisés pour aider les familles dont le besoin à partager la joie de cette fête. Une action très généreuse, en ce temps de pandémie. 

Le prix des moutons à l’ère de la Covid-19

La fête de L’Aïd Al Adha rime avec joie et rires des enfants. Ceci dit, à l’ALVIAR et dans d’autres espaces de vente, les mesures sont strictes au sujet des gestes barrières et le port du masque. Ces dispositions ont laissé place à une atmosphère pas très joviale. D’autant plus que les ventes ont diminué d’après certains vendeurs.

La même source médiatique a soulevé la cause de l’augmentation de ces prix. Selon d’autres marchands, qu’elle cite, la raison en est les prix élevés de la nourriture du bétail. On pointe aussi du doigt les grossistes qui exploitent cette période pour décider du prix des moutons à leur guise.

Dans ce sens, un citoyen ayant l’habitude d’acheter son mouton hors Alger, revient cette année à la capitale pour trouver chaussure à son pied. Et pour cause, spéculation et espaces de ventes non déclarés. Pour rappel, le directeur central des services vétérinaires au ministère de l’Agriculture s’est exprimé au sujet de cette hausse des prix du mouton à la Radio Algérienne.

Selon lui, cette augmentation n’est en aucun cas causée par le coronavirus. Par ailleurs, il indique que le prix du bétail n’est influencé que par l’offre et la demande.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes