Aïd El Adha 2021 en Algérie : prix du mouton à 30.000 dinars dans ce marché

Algérie – À l’approche de l’Aïd El Adha 2021 cette année, l’heure est à la recherche du mouton le moins cher et c’est au niveau de l’ONILEV que se vendent les moutons les plus accessibles, car ils y sont cédés à 30.000 DA. On vous étale les détails, ce 10 juillet 2021.

En effet, c’est ce que nous apprenons par le biais de Ennahar. Le ministère de l’Agriculture a annoncé l’ouverture d’un point de vente de moutons. Ils se vendent directement du maquignon au consommateur. Les prix des moutons pour cet Aïd El Adha 2021 en Algérie, sont vendus à 30.000 dinars, au niveau de l’Office national interprofessionnel des légumes et des viandes (ONILEV).

L’Aïd El Kebir s’approche à grand pas. Les marchés de moutons à Alger par exemple, proposent des prix largement au-dessus de la moyenne des petites bourses. Laissant le citoyen perplexe, inquiets quant à cette hausse. À ce titre, le ministère de l’Agriculture a décidé d’ouvrir un nouveau point de vente. Les prix des ovins sont cédés entre 30.000 et 60.000 dinars.

C’est à travers un communiqué que s’est faite l’annonce du nouveau point de vente. Celui-ci se trouve à l’ONILEV dans la commune de Aïn Benian, à l’extrémité ouest de la capitale. Il est mentionné que les portes sont ouvertes à tous. C’est-à-dire que tout le monde peut bénéficier de cette offre, dont les prix sont imbattables. 

Aïd El Adha 2021 : les prix des moutons vont en hausse

Ce n’est plus un secret pour personne. Les prix des moutons connaissent une considérable hausse sur le marché cette année encore. Un scénario qui se répète quasiment chaque année. Cette année n’est en rien différente de la dernière. Puisque l’on subit encore les lourdes conséquences de la crise de la Covid-19. Ce qui se répercute sur les épaules du citoyen.

Certains vendeurs expliquent cette hausse des prix, par la cherté des aliments et le coût du transport du bétail. Et ce, malgré la disponibilité de l’offre qui caractérise le marché cette année. D’un autre côté, d’autres commerçants se plaignent des prix pratiqués. Ils expliquent qu’ils n’y gagnent pas grand-chose comparé à tous les sacrifices qu’ils consentent durant l’année. 

En somme, le problème de ces augmentations répétitives dans le secteur de l’élevage devra être résolu un jour où l’autre et ce une bonne fois pour toutes. C’est les autorités compétentes qui devront s’en charger. D’ici là, les citoyens devront se contenter des prix affichés sur le marché, en attendant des jours meilleurs pour les prix du bétail en Algérie. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes