Aïd El Adha 2020 en Algérie : Vers la flambée des prix du mouton ?

Algérie – À l’approche de l’Aïd El Adha, la Fédération Nationale des Éleveurs s’attend à voir les prix du mouton flamber. Ceci en conséquence au confinement sanitaire imposé en mars dernier.

En effet, le secteur en question est bouleversé, comme la plupart d’ailleurs; ayant sévèrement été impacté par la crise sanitaire que traverse le pays. Selon le média arabophone, Echourouk, la Fédération nationale des éleveurs de bétail prévoit une forte augmentation du prix du mouton de l’Aïd El Adha en Algérie; par rapport à l’année dernière.

Alors que le rituel du sacrifice de la fête religieuse approche, les prochaines semaines s’annoncent difficiles, a confié un membre du Bureau National de la Fédération lors d’une déclaration faite à notre source. Cela va sans dire que le confinement sanitaire qu’a connu le pays depuis 3 mois aura un impact considérable sur le coût du mouton, a-t-il averti.

Par ailleurs, il a expliqué que la fermeture des marchés et des points de vente des moutons; ainsi que les commerces spécialisés dans la vente de nourritures pour animaux; a contraint les éleveurs à vendre leur bétail aux intermédiaires. À un prix fixé par ces derniers, a regretté l’intervenant. De plus, il leur était difficulté d’atteindre les lieux de pâturage et les prix des aliments pour animaux ont flambé, a ajouté l’orateur.

Les éleveurs lancent un appel aux autorités publiques

Dans ce contexte, l’Association de protection et d’orientation du consommateur et de son environnement (APOCE); appelle à prendre des mesures réglementaires afin d’assurer la disponibilité des moutons en les offrant à un prix abordable à toutes les catégories de la société algérienne. Il est essentiel de garantir leur qualité et leur acquisition dans des conditions sanitaires adéquates, a soutenu l’APOCE.

Cet organisme insiste sur l’ouverture des points de vente de moutons dans les villes, seulement deux semaines avant l’Aïd El Adha; doublant le nombre des marchés et recourant à de grandes surfaces, afin d’éviter l’encombrement entre les acheteurs. Ceci, conformément aux recommandations générales du Comité scientifique chargé du suivi de l’évolution de l’épidémie du Coronavirus en Algérie. Rappelons que certains secteurs ont repris leurs activités dans le cadre de la seconde phase de déconfinement.

Partager sur :

Contenu sponsorisé :

Articles récents

Articles connexes

Contenu protégé !