23.9 C
Alger
23.9 C
Alger
jeudi, 18 juillet 2024
- Publicité -
AccueilÉconomieAfrique : Ce que propose l’Algérie pour la zone de libre-échange (Zlecaf)

Afrique : Ce que propose l’Algérie pour la zone de libre-échange (Zlecaf)

Publié le

- Publicité -

Algérie / Afrique – Afin de faire de la Zlecaf, comme décidé au départ, la zone la plus vaste de libre-échange au monde, l’Algérie tient au creux de ses mains de grands projets économiques qu’elle propose pour elle. Les voici. 

Le grand rendez-vous de la mise en œuvre de la plus grande zone de libre-échange arrive à grands pas. Voilà pourquoi, il est grand temps pour l’Algérie de proposer à la zone de libre-échange continentale africaine, dite Zlecaf, des projets économiques qui serviront l’Afrique dans son grand périple visant un avenir plus radieux. Le premier ministre Abdelaziz Djerad s’est exprimé sur le sujet lors de la 13e session de la conférence des chefs d’État et de gouvernement de l’Union africaine et a énuméré plusieurs.   

En effet, d’après ce qu’a indiqué l’agence de presse nationale APS dans son édition du 05 décembre 2020, le premier ministre est revenu sur l’ensemble de projets qui profiteront inévitablement à la Zlecaf. Ainsi, il a tenu à citer, entre autres, la route transsaharienne. Celle-ci relie Alger à Logos, la plus grande ville de Nigeria. 

- Publicité -

Ajoutant à cela, le projet guzoduc entre l’Algérie et le même pays. Le responsable a également cité le méga-projet de la dorsale transsaharienne en fibre optique Alger-Abuja. Ce n’est pas tout, le grand port de Cherchell, hub du fret maritime figure bel et bien dans cette liste. Selon Djerad, les projets susmentionnés apporteront un soutien logistique à la Zlecaf. Par ailleurs, le premier ministre a tenu à mentionner que l’Algérie a mis en place une entité spécialement chargée par la gestion et le suivi du dossier de la Zlecaf. 

La Zlecaf est un « choix stratégique » pour l’Algérie, affirme Djerad

C’est ce qu’a indiqué le premier ministre, Abdelaziz Djerad lors de la même réunion. Une raison de plus pour laquelle l’Algérie devrait contribuer fortement à l’activation de la zone de libre-échange continentale africaine. Celle-ci, selon ses dires, fait face à quelques difficultés qui pourront retarder la date du lancement prévue pour le début de l’année 2021. 

De plus, le premier ministre en Algérie a indiqué que le lancement de cette zone augmentera « le commerce inter africain » de 16% vers les 52%. En définitive, ce marché qui compte 1,2 milliards de personnes, d’une valeur de 3.000 USD pourrait rendre les pays africains plus compétitifs, mettant fin aux problèmes financières en élargissant l’inclusion économique dans le contient. La zone de libre-échange continentale africaine permettra tout de même, la création d’un grand bouquet d’emplois.

- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -