L’affaire de Latifa, princesse algérienne de Dubaï, connaît de nouveaux rebondissements

Scoop – La princesse Latifa Al Maktoum de Dubaï, de mère algérienne, vivrait désormais sa vie librement, hors du contrôle de son père. De nouveaux clichés, postés il y a une semaine, sur les réseaux sociaux, laissent planer le doute. 

La princesse de Dubaï d’origine algérienne, Latifa Al Maktoum, un véritable symbole du droit bafoué des femmes émiriennes, enfin hors de danger ? Alors qu’elle se disait séquestrée et oppressée par son père, dirigeant de Dubaï et Premier ministre des Émirats arabes unis, craignant pour sa vie, elle serait aujourd’hui libre. Retenue captive contre son gré pendant de longues années, la fille du souverain de Dubaï respirerait la joie de vivre.  

C’est en tout cas ce que laissent croire les deux photos publiées sur Instagram. Le média britannique BBC les a relayées. Sur l’une des publications, la princesse apparaît attablée, au célèbre centre commercial « Mall of the Emirates (MOE) ». On peut ainsi voir qu’elle est en compagnie de deux femmes, affichant un sourire léger. Leurs masques posés sur la table indiquent que le cliché a été pris pendant la période de pandémie.   

En légende de l’image, que vous pouvez découvrir ci-dessous, on peut lire : « Belle soirée au MOE avec des amies ». Une deuxième photographie montre Latifa Al Maktoum, à proximité de la tour la plus haute du monde, le Burj Khalifa. Vêtue d’une chemise bleue ouverte par-dessus d’un t-shirt noir, elle apparaît cette fois-ci assise sur la terrasse du restaurant Bice Mare, côte à côte avec son amie, l’athlète Sioned Taylor.

L’affaire de la princesse algérienne de Dubaï : ces nouvelles photos constituent-elles une preuve recevable ?

Il sied de rappeler que l’ONU et plusieurs associations, basées à Londres et dont l’objectif est de défendre juridiquement les victimes d’injustices aux Émirats, ont demandé des preuves de vie de la princesse Latifa. C’est pourquoi beaucoup s’accordent à dire que cette éclosion des récentes photos n’est pas liée au hasard. 

Elle serait associée aux nombreux appels à la libération de la fille du souverain de Dubaï. En avril dernier, le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme s’est dit très soucieux du sort de la princesse émiratie et de sa sœur Shamsa. Il a mis la pression sur les Émirats arabes unis. Il a alors sollicité une rencontre imminente avec l’ambassadeur des Émirats arabes unis à Genève. Cela en vue de parvenir à une solution rapide. 

« Nous sommes en mesure de confirmer qu’il y a eu plusieurs évolutions quant à l’affaire de Latifa. Elles sont potentiellement significatives et positives. Nous n’avons pas l’intention de faire plus de commentaires à ce stade. Un autre communiqué sera publié au moment opportun ». 

C’est en effet ce qu’a dévoilé un co-fondateur de l’association Free Latifa, ce dimanche via un communiqué. Mais l’ONU demeure incrédule. L’Organisation internationale attend effectivement des preuves de vie plus crédibles de la jeune femme, souligne-t-on. Les récentes publications sur les réseaux sociaux, non identifiées, de deux photos montrant une jeune supposée être la princesse Latifa, restent donc peu concluantes. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes