AccueilPolitiqueAffaire Pegasus : le Parlement européen confirme l’implication du Maroc

Affaire Pegasus : le Parlement européen confirme l’implication du Maroc

Politique – Un nouveau rapport du Parlement européen accuse le Maroc d’être impliqué dans l’affaire Pegasus. Dzair Daily vous dit tout ce qu’il faut savoir dans la suite de cette édition du jeudi 10 novembre 2022.

En effet, le Parlement européen a confirmé dans un nouveau rapport que le Maroc est clairement impliqué dans l’affaire d’espionnage Pegasus. Les résultats de l’enquête du Parlement européen indiquent que le Maroc a espionné illégalement de nombreuses personnalités politiques, publiques et journalistes, notamment en Espagne et en France.

Le rapport souligne également que le logiciel espion a visé en particulier le Premier ministre, le ministre de la Défense et le ministre de l’Intérieur espagnol. On accuse le Royaume d’avoir espionné le mouvement indépendantiste de Catalogne. De plus, le président français Emmanuel Macron. Ainsi que des membres de son gouvernement ont aussi été la cible du logiciel espion Pegasus.

Il a été démontré que ce logiciel espion a été utilisé dans plusieurs pays européens. Mais les politiciens indépendantistes catalans restent les plus visés par cette campagne d’espionnage. Du côté italien, Seul l’ancien Premier ministre et un ancien membre de la Commission européenne furent victimes d’espionnage par les services secrets marocains.

Affaire Pegasus : le Maroc largement impliqué selon le Parlement européen

Par ailleurs, il a été rapporté que l’UNESCO a licencié une employée marocaine. Notant que cette dernière avait divulgué des informations confidentielles de l’institution internationale aux services secrets marocains. Ces informations concernaient le financement du département du développement. Mais aussi, de l’expression et des médias. Il s’agit de ce que rapporte le média généraliste arabophone El Khabar.

Pour rappel, le royaume du Maroc a été accusé à l’été 2021 d’avoir utilisé le programme conçu par l’entreprise israélienne NSO Groupe. Ces accusations ont été portées après des enquêtes approfondies qu’a mené un organe composé de 17 médias internationaux. En coordination avec l’ONG Amnesty international et le consortium Forbidden Stories.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes