Affaire Célia Limam et Yasmine, l’ex de Didine : « C’est la faute du public », selon un journaliste

People – L’Affaire Célia Limam et Yasmine, l’ex de Didine Klach, a suscité une grosse polémique sur les réseaux sociaux algériens. Selon un journaliste, la faute revient au public pour accorder de l’importance à ce genre « d’absurdités ». Voici les détails.

Vous n’êtes pas sans savoir qu’une guerre a éclaté au grand jour sur la Toile Dz cette semaine. Il s’agit du sujet abordé sur toute l’actualité algérienne, l’accrochage entre la femme de Mohamed Benchenet, Célia Limam et l’ex de Didine, Yasmine. Les deux femmes se sont clachées publiquement à travers leurs réseaux sociaux. Un journaliste s’est livré sur cette histoire. Ce dernier estime que le public a sa part de responsabilité dans cette affaire.

En fait, le journaliste d’Ennahar, Abderahim Bounemri, a donné son avis sur cette affaire qui anime les bouches de nombreux Algériens ces dernières 24h. Ce dernier pointe du doigt le public pour avoir accordé de l’intérêt à cette « supercherie » et « absurdité » telle qu’il la décri. Selon lui, cette affaire est un non-lieu, elle ne devrait même pas figurer dans les tendances de la Toile Dz.

En effet, comme on l’avait indiqué dans nos articles précédents, l’ex-femme du rappeur Didine Klash s’en est pris directement à Célia Limam. Elle l’accusait d’avoir été en relation avec son ex-mari. Très vite, les storys se sont succédé, elle a par la suite dévoilé également « des preuves », et a même divulgué la supercherie à sa communauté.

Avant de se rendre compte, qu’en fait, n’y avait rien eu entre eux. Néanmoins, la tromperie ludique a vite mal tourné. Les internautes commençaient déjà à diffuser l’information. C’est carrément devenu un sujet d’opinion publique.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Rabah Allaoua (@rabah_allaoua)

Des Hashtags lancés pour bannir Célia Limam et Yasmine des réseaux

Mais ça ne s’est pas arrêté là ! Les deux jeunes femmes se sont entendues pour faire passer ce « malentendu » pour un canular. Chose qui a suscité la colère de nombreux utilisateurs des réseaux sociaux. En fait, certains ont même demandé l’intervention de l’ARAV. Pour avoir enfreint les règles sociales pour l’unique but de faire du buzz.

Et c’est même aller plus loin encore. Les adeptes d’Internet ont carrément lancé une campagne d’hashtags, visant à exclure les deux protagonistes des réseaux sociaux. « Désabonnez-vous de leurs comptes », « Non à la médiocrité et la bassesse sur les réseaux » peut-on lire un peu partout à travers les médias sociaux.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes