27.9 C
Alger
27.9 C
Alger
lundi, 27 mai 2024
- Publicité -
AccueilPolitiqueAffaire Amira Bouraoui : Alger rappelle pour « consultations » son ambassadeur...

Affaire Amira Bouraoui : Alger rappelle pour « consultations » son ambassadeur en France

Publié le

- Publicité -

Algérie/France – Alger a décidé de rappeler son ambassadeur en Hexagone pour « consultations », après l’arrivée de la militante, Amira Bouraoui sur le territoire français. Dzair Daily vous en dit plus dans la suite de cette édition.

Alors qu’elle fait l’objet d’une interdiction de sortie du territoire national depuis plusieurs mois, la figure de l’opposition a réussi, en effet, à débarquer à l’Hexagone. Cela, à travers un vol en provenance de la Tunisie. Suite à l’embarquement de Amira Bouraoui en France, Alger a rappelé son représentant diplomatique à Paris pour « Consultations ». Les détails, dans cette édition du jeudi 9 février 2023.

Nouvelle crise entre Alger et Paris ! Arrêtée vendredi dernier pour entrée illégale au pays de Kaïs Saïed, la journaliste franco-algérienne a échappé, effectivement, à une extradition vers le sol algérien. Et ce, après l’intervention de l’ambassadeur de France en Tunisie. Et le colonel des services de renseignements qui aurait planifié son expulsion.

- Publicité -

Cette « exfiltration » a suscité le mécontentement des autorités algériennes qui ont vivement réagi à travers un communiqué. Celui-ci est rendu public sur la page Facebook du ministère des Affaires étrangères. En outre, l’Algérie a rappelé son représentant diplomatique à l’Hexagone, Saïd Moussi, avec effet immédiat.

Alger proteste l’expulsion de Amira Bouraoui

Par le biais du même communiqué, Alger a protesté fermement la présence physique de Amira Bouraoui en France, qu’elle qualifie comme étant « illégale et clandestine ». Les autorités nationales ont rejeté, en outre, cette « violation de la souveraineté nationale par des personnels diplomatiques, consulaires et de sécurité relevant de l’État français ».

Une démarche qui pourrait engendrer « un grand dommage » aux relations entre l’Algérie et la France. C’est ce qui ressort du document publié par le département ministériel de Ramtane Lamamra. Il sied de noter que la militante en question a indiqué que son voyage vers le pays de Macron n’est pas « un exil » et qu’elle « sera de retour très vite » vers son pays natal. C’est ce qu’affirme le média francophone France 24.

- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -