AutomobileÉconomie

Achaïbou s’exprime sur le retour de l’importation des voitures neuves

2
importation voitures
S'abonner :

Algérie – Le cahier de charges fixant les modalités d’importation des voitures neuves est en phase de préparation. Le PDG du groupe Elsecom, Achaïbou estime que le gouvernement devrait consulter les experts du domaine; dont les concessionnaires. 

En effet, l’homme d’affaires, Abderrahmane Achaïbou, président directeur général du groupe Elsecom et ancien propriétaire de la marque KIA Algérie; a salué lors d’un entretien publié le 16 juin dernier, dans Fil d’Algérie; la récente décision du gouvernement qui encourage l’importation de voitures neuves depuis leurs pays d’origine. 

Poursuivant dans le même sillage, le patron du Groupe Elescom a expliqué qu’acheter un véhicule dans le pays d’origine permet d’assurer la traçabilité de ce dernier; et éviter la surfacturation. Par ailleurs, il a affirmé que « toutes les dispositions que le gouvernement entreprend; sont dans l’intérêt des citoyens ».

S’agissant du cahier de charges déterminant les mesures et les conditions d’importation des voitures neuves; Achaïbou espère que les pouvoirs publics vont consulter les professionnels de l’automobile. « Tels que les concessionnaires dans la confection du cahier de charges afin de développer le marché et par la même occasion l’économie nationale », a-t-il indiqué à notre source.

Achaïbou favorable à la redistribution des marques aux concessionnaires

Selon l’intervenant, le secteur automobile a sévèrement été impacté par les décisions conclues sous l’ancien régime. Pour la distribution des marques réalisée à l’époque de Sellal et Ouyahiya, le PDG d’Elescom juge qu’elle était arbitraire. « On aurait pu économiser une bonne partie des 8 milliards de dollars consacrés à l’importation des kits automobiles », a-t-il regretté.

D’autre part, le concessionnaire le plus expérimenté dans le secteur automobile en Algérie se dit disponible à mettre son expérience au profit du gouvernement en place pour la construction d’une « nouvelle Algérie ». En outre, cette démarche permettrait au pays d’aller vers « une relance économique à travers notamment la réorganisation du marché automobile », a-t-il confié.

Ainsi, cette dernière ne pourrait être effectuée sans exclure la redistribution des marques automobiles, aux concessionnaires en Algérie. Cela dit, l’ancien propriétaire de KIA Algérie voit dans la redistribution des marques aux concessionnaires automobiles une nécessité. Pour rappel, le Groupe Achaïbou est actif dans le secteur automobile depuis vingt ans; où il a représenté les marques Kia, Ford, Suzuki, Daewoo et Isuzu.

Article recommandé :  Voitures neuves/d’occasion, montage automobile en Algérie : Ce qu'a dit le ministre

ASL Airlines propose de nouveaux vols depuis l’Algérie vers la France

Article précédent

Coronavirus : Voici la raison de la hausse de nouveaux cas en Algérie selon Benbouzid

Article suivant

Lire aussi

2 Commentaires

  1. Mr Achaibou declare ” toutes les dispositions que le gouvernement entreprend , sont dans l’intérêt du citoyen ” fin de citation.
    Cher Monsieur , un concessionnaire automobile ne peut pas etre un avocat du gouvernement. Seul le peuple est arbitre de ce gouvernement.
    Reprendre votre activité est un droit élémentaire puisque les relations avec la maison KIA ont probablement étaient maintenues. Le cahier des charges doit préciser : un concessionnaire pour une seule marque . On ne peut pas jouer à sa propre concurrence , comme la maison SIAD qui vend du RENAULT , du PEUGEOT et CITROËN. Est ce normal ?

  2. Le jour où l’importation était entre les mains des concessionnaire la logan son prix c’était 87million de centime après que les voyou on prie le marché du véhicule la symbole son prix si fois deux made in bladi

Comments are closed.