Accusée de vol, la femme de l’international Algérien Adam Ounas répond

France – L’épouse du milieu de terrain de l’OGC Nice, Adam Ounas a été accusée de vol par une des vendeuses des magasins « Fête ci Fête ça ». Sarah Ounas porte plainte contre cette chaîne de magasins.

N’ayant pas apprécié le fait d’avoir été accusée de vol, Sarah Ounas, épouse de l’international algérien, Adam Ounas; ne s’est pas laissée faire et a vigoureusement répondu; selon ce qu’a rapporté le média algérien Ennahar, dans son édition de ce 23 juin. Cependant, afin de recouvrer ses droits, la Mostaganémoise a déposé une plainte auprès des intérêts de la gendarmerie de la ville de Tours.

En effet, l’épouse de l’attaquant de l’OGC Nice a porté plainte contre la chaîne française de magasins « Fête ci Fête ça ». Concernant le contexte dans lequel cette dernière a été accusée de vol; elle a précisé qu’il s’agit « d’une accusation sans preuve ». La vendeuse s’est tout simplement dirigée vers elle; en l’humiliant et l’accusant verbalement de vols, a souligné notre source.

Selon la femme d’Ounas, la vendeuse l’aurait méprisé seulement parce qu’elle l’avait entendu parler à un membre de sa famille; qui l’accompagné dans le magasin; en une langue autre que le français. De part ces propos, elle a laissé sous-entendre qu’elle avait été victime de racisme en raison de ses origines maghrébines. 

Montée du racisme en France ? 

En effet, ces dernières semaines diverses nouvelles portent à croire que le racisme s’intensifie en France. C’est en tout cas ce que l’on déduit des propos déclarés lors du passage de l’artiste franco-algérienne; Camélia Jordana sur le plateau TV de l’émission de France 2 « On n’est pas couché »; diffusée en mai dernier. Celle-ci avait dénoncé les violences policières injustifiables à l’encontre des populations d’origines africaine et arabe; dont les maghrébins; mais aussi contre les communautés noires. 

Selon la chanteuse française d’origine algérienne; il s’agit de violences policières « à caractère raciste ». Jordana a également fait référence à la couleur de la peau. Des « hommes et des femmes qui vont travailler tous les matins en banlieue (…); se font massacrer pour nulle autre raison que leur couleur de peau »; avait-elle déploré.

Il existe « des milliers de personnes qui ne se sentent pas en sécurité face à un flic ». C’est sur ces paroles que la chanteuse binationale a exprimé sont sentiment d’insécurité en présence des forces de l’ordre. Pour elle l’apparence en est la cause. « Quand j’ai les cheveux frisés, je ne me sens pas en sécurité face à un policier en France », avait confié la chanteuse.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes