12.9 C
Alger
12.9 C
Alger
samedi, 20 avril 2024
- Publicité -
AccueilPolitiqueGéopolitiqueAccusée de provoquer une crise entre l’Algérie et la France, Amira Bouraoui...

Accusée de provoquer une crise entre l’Algérie et la France, Amira Bouraoui prend la parole

Publié le

- Publicité -

Algérie – La militante Dz, Amira Bouraoui, se défend de créer une crise diplomatique entre l’Algérie et la France. Dzair Daily relate pour vous ses propos dans la suite de cette nouvelle édition. Les détails, ci-après !

Le réchauffement des relations entre Alger et Paris n’aurait été que d’une courte durée ! En effet, le débarquement de Amira Bouraoui a marqué un nouveau point de tension entre l’Algérie et la France. Accusée d’attiser une crise diplomatique entre les deux nations méditerranéennes, la militante binationale a pris la parole ce vendredi pour se défendre. 

Dzair Daily rapporte pour vous plus de détails à cet égard dans la suite de ce passage du vendredi 10 février 2023. Effectivement, condamnée à la prison dans son pays natal, la figure de l’opposition a réussi à gagner l’Hexagone en passant par la Tunisie. Des services consulaires français auraient participé à son « exfiltration ». Chose qui a suscité le mécontentement des autorités algériennes.

- Publicité -

Alger a condamné « fermement » cette démarche. Elle a rappelé, en outre, son ambassadeur en France, Saïd Moussi pour « Consultations ». En effet, la présence physique de la femme de 46 ans en France a pris des proportions considérables. Des politiciens et des simples citoyens l’accusent de « jeter de l’huile sur le feu » et de brouiller les liens entre le pays d’Emmanuel Macron et celui de Abdelmadjid Tebboune. 

Amira Bouraoui nie l’intervention des services consulaires français 

Face à ces allégations, Amira Bouraoui s’est manifestée pour donner sa version des faits. Invitée sur le plateau de l’émission « 64’ » diffusée sur TV5 Monde, celle qui tenait une chronique sur Radio M s’est défendue. Dans son discours, elle a indiqué d’abord qu’elle a débarqué sur le sol tunisien « en franchissant les frontières ». « Personne ne m’a aidé », a-t-elle souligné.

En commentant son envol vers la France, elle a nié l’intervention des services consulaires français. Selon les dires de la Franco-Algérienne, le consul de la France à Tunis n’a réagi « qu’après sa condamnation par 2 agents tunisiens et la confiscation de son passeport ». Nous exposons pour vous le passage de la militante juste en bas.

- Publicité -

- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -