Énergie

Abandon de l’essence super avec plomb en Algérie : Le ministère explique

0
essence Algérie
S'abonner :

Algérie – Le ministère de l’Énergie a annoncé dans un communiqué que l’arrêt de commercialisation et de production de l’essence super avec plomb sera effectif à partir de l’année prochaine, sous prétexte que ce carburant est nuisible à l’environnement.

En effet, selon un communiqué rendu public ce 28 septembre par les services du ministère de l’Énergie, et rapporté par l’APS, « l’essence super avec plomb sera supprimé du marché national et ce à compter de 2021 ». Ainsi, il est précisé par notre source que la commercialisation en Algérie de l’essence super avec plomb au niveau des stations de services ne sera plus disponible à partir de l’année prochaine.

Ceci étant dit, la tutelle a soutenu cette disposition en soulignant que « l’essence super avec plomb; ayant l’indice d’octane 92, produite par les raffineries Algériennes, n’est plus produite ou utilisée dans la majorité des pays »; précisant également que « ce carburant est nuisible à l’environnement ».

Selon le communiqué du département énergétique, ce type de « carburant va être supprimé en grande partie ou reformulé avec retrait du plomb ». Cela dit, cette reformulation a pour objet de le transformer en super sans plomb; avec un indice d’octane supérieur à 92. Ainsi, de part cette reformulation, la tutelle vise à mettre fin à l’importation d’essence sans plomb; a précisé notre source expliquant que sa compensation sur le marché national se fera à travers le traitement et la reformulation de l’essence super avec plomb.

En 2021, seules l’essence normale et super sans plomb seront commercialisées

En effet, c’est ce qu’a indiqué le ministère de l’Énergie. « À partir de l’année prochaines, deux (02) types d’essence seront commercialisées sur le marché Algérien. Il s’agit de l’essence normale et super sans plomb ». Par ailleurs, selon le même communiqué, en ce qui concerne l’essence normale; l’approvisionnement du marché national est possible par les raffineries Algériennes et ce à 100%.

Ceci car, « l’essence normale, qui a un indice d’octane entre 86 et 89; est consommée surtout par des véhicules ne nécessitant pas une qualité avec un indice d’octane supérieur »; a expliqué notre source. S’agissant de l’essence super sans plomb, avec un indice d’octane 95, le ministère a fait savoir que l’Algérie n’en produit pas assez. Ce qui aujourd’hui, met le pays dans l’obligation d’importer des volumes de compensation. Une pratique que le ministère de l’Énergie vise à supprimer.

En outre, il est utile d’indiquer que la quantité de consommation de carburants en Algérie en 2019; a atteint les 15 millions de tonnes; dont 10.4 millions de tonnes, soit 69% en gasoil; 03.9 millions de tonnes (26%) en essences de catégorie normale et super. Quant au GPL/C seules 750.000 tonnes, soit 5%; ont été consommées par les Algériens; a révélé le même communiqué qui précise ces volumes consommés comptent également 578.000 tonnes d’essence super sans plomb; et 913.000 tonnes de diesel importées.

Article recommandé :  Algérie : Vers la généralisation du GPL/C et des voitures électriques

La fermeture des frontières en Algérie risque de durer, estime Berkani

Article précédent

Un député français appelle l’Algérie à récupérer les citoyens sans-papiers

Article suivant

Lire aussi

Commentaires

Comments are closed.