38.9 C
Alger
38.9 C
Alger
dimanche, 21 juillet 2024
- Publicité -
AccueilÉconomieAADL 3 en 2024 : portes ouvertes ou fermées aux allocataires de...

AADL 3 en 2024 : portes ouvertes ou fermées aux allocataires de chômage ?

Publié le

- Publicité -

Immobilier – En annonçant le lancement de AADL 3 pour 2024, le président Abdelmadjid Tebboune a réveillé l’espoir de milliers de citoyens algériens, notamment bénéficiaires de l’allocation de chômage. Quel espoir pour cette catégorie de citoyen ? On vous apporte la réponse ce mardi 31 octobre 2023.

La politique de logement en Algérie a longtemps été un sujet de débat public et de préoccupations sociales. Le programme AADL a été l’un des pivots de cette politique. Offrant depuis 2001 une option de location-vente aux citoyens de la classe moyenne. Avec le lancement prévu d’AADL 3 en 2024, l’attention se porte désormais sur les conditions d’éligibilité, en particulier pour les personnes percevant une allocation de chômage.

- Publicité -

En effet, les logements AADL sont destinés aux ménages dont les revenus mensuels sont compris entre 24 000 DA et 108 000 DA. Cette fourchette, fixée en fonction du salaire national minimum garanti (SNMG), est conçue pour cibler les revenus modérés. Mais laisse en dehors une portion significative de la population, notamment les chômeurs. 

AADL 3 en 2024 : porte fermée aux allocataires de chômage ?

Avec une allocation de chômage de 15 000 DA par mois, ces derniers se trouvent bien en dessous du seuil minimal requis pour postuler à AADL 3. Une situation qui soulève une question sur l’inclusivité du programme. En outre, les souscripteurs doivent payer l’intégralité de la somme du logement sur une échéance ne dépassant pas 25 ans. Un critère qui complique la situation des demandeurs d’emploi pour prétendre à ces logements.

En effet, bien que le but d’AADL soit de fournir un toit à ceux qui ne peuvent accéder au marché immobilier traditionnel; ces deux critères pourraient exclure des groupes vulnérables, comme les chômeurs. Cette exclusion potentielle souligne un dilemme plus large auquel sont confrontées les politiques de logement. Comment équilibrer les besoins économiques et sociaux d’une population diverse ? La question demeure ouverte

- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -