AccueilActualitéAlgérie5 entreprises espagnoles ferment leurs portes en Algérie

5 entreprises espagnoles ferment leurs portes en Algérie

Algérie – Cinq entreprises espagnoles ont fait le tour en Algérie et décident d’arrêter leur activité dans notre pays. Pour les curieux, ne bougez pas ! On vous en dit plus, juste ci-dessous dans cette édition du lundi 07 novembre 2022.

En effet, des hommes d’affaires de Valence, en Espagne, se plaignent toujours de la stagnation de leur commerce en Algérie. Soit cinq mois après que notre pays a suspendu le traité d’amitié, de coopération et de bon voisinage avec ce membre de l’Union européenne. C’est pourquoi, cinq entreprises espagnoles ont décidé de tirer la sonnette d’alarme et d’arrêter leur activité en Algérie.

Vous êtes intéressé et vous voulez en savoir davantage ? Ça tombe bien ! On vous livre, dans ce nouveau numéro de Dzair Daily, plus de détails à cet égard. Ainsi, selon les médias espagnols, la situation est désastreuse pour plusieurs entreprises. Et certaines d’entre elles envisagent déjà de fermer. D’ailleurs, le Groupe des exportateurs ARVET estime qu’une partie du marché est déjà définitivement perdue.

À titre d’exemple, en 2021, des entreprises espagnoles ont exporté 416 millions vers l’Algérie. Soit le double de ce qui a été exporté l’année précédente. Mais tout a basculé depuis le mois de juin dernier. C’est ce que rapporte le quotidien arabophone Ennahar dans son récent numéro.

Un responsable espagnol prend la parole

Il s’agit, dans le détail, de Salvador Serrano. Celui-ci est un membre de l’ARVET et le directeur de Bombas Ideal, une entreprise qui exportait vers l’Algérie jusqu’à l’été dernier. Ainsi, ce responsable a confirmé que la situation par laquelle passe certaines entreprises espagnoles en Algérie est difficile. Ce n’est pas tout !

Le même intervenant a parlé d’une « incertitude total » qui a amené des entreprises espagnoles à abandonner le marché. Par conséquent, plusieurs de ces dernières recherchent déjà des débouchés pour leurs produits sur d’autres marchés internationaux. Salvador Serrano souligne, par la même occasion, que c’est le contexte difficile qui a mené à cette crise. 

Un bon nombre d’hommes d’affaires regrettent la perte de l’Algérie qui était comme du pain béni pour eux. Ils ont également demandé à nouveau au gouvernement espagnol d’essayer de rétablir les relations avec notre pays. Car les entreprises exportatrices n’ont actuellement pas la capacité de répondre. C’est ce dont a fait état la même source. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes