4 grands constructeurs automobiles prêts à investir en Algérie

Automobile – Plusieurs constructeurs automobiles ont manifesté leur intérêt à venir investir en Algérie. Dzair Daily vous donne plus de détails dans la suite de cet article du 20 juillet 2022.

En effet, le président du Conseil national de concertation et de développement des PME a déclaré que quatre (4) grands constructeurs automobiles, européens et asiatiques envisagent de venir investir en Algérie. Ils projettent de construire des usines locales. Il s’agit de ce que rapporte le quotidien généraliste arabophone Echorouk.

Cette information vient s’ajouter à celle du ministre de l’Industrie, qui a annoncé négocier avec des marques internationales. Et à l’invitation explicite adressée récemment par le premier ministre aux investisseurs italiens dans le secteur de l’industrie automobile. Le gouvernement souhaite ainsi relancer le secteur, qui connaît une stagnation depuis plusieurs années maintenant.

Par ailleurs, le gouvernement algérien a lancé un appel aux concessionnaires internationaux. Et ce, afin qu’ils viennent investir sur le marché algérien de la mécanique. Ce secteur est, en effet, considéré comme structuré et offre de nombreux avantages grâce à la nouvelle loi sur l’investissement.

L’Algérie intéresse de nombreux constructeurs étrangers

Dans le même contexte, le groupe italien Fiat serait le premier visé par cet appel du premier ministre. Car le groupe est le seul fabricant de voitures de tourisme destinées à répondre aux besoins des citoyens. Les autres marques italiennes proposent des modèles de luxe, qui ne sont pas proposés à l’investissement en Algérie.

Concernant le secteur de la fabrication des motos, le premier ministre a appelé les Italiens à venir s’installer en Algérie et à transmettre leur savoir-faire et leur expérience. Des négociations seraient actuellement en cours avec un constructeur italien. Il faut savoir que le coût d’un projet d’implantation d’une usine automobile s’élève à 4 milliards de dollars. Et le délai de sortie du premier véhicule est de trois (3) ans.

Vers la reprise de l’activité de production de l’usine d’Oran

Ces négociations coïncident avec l’accord conclu entre l’usine Renault d’Oran et le groupe Madar afin de reprendre l’activité de production de l’usine. Par ailleurs, des entreprises chinoises, coréennes et indiennes seraient intéressées par le marché algérien. Elles souhaitent investir dans la construction de véhicules de tourisme et utilitaires, camions, vélos et tracteurs.

En outre, les représentants du groupe japonais, Toyota, ont échangé avec les responsables du Conseil économique, social et environnemental. Ils ont exprimé leur souhait d’investir en Algérie. Mais préfèrent attendre que les textes législatifs entourant cette branche soient complétés.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes